Shinokoshin
Salutation, et sois le bienvenue sur ce tout jeune forum. Cette mini-fenêtre est la pour te proposer de t'enregistrer pour faire partie de notre fière communauté et pouvoir revenir en temps que membre encore et encore pour nous raconter les histoires de tes stupéfiantes aventures...

Si tu es déjà membre, tu sais que tu n'as pas besoin de lire ce message et que la seule chose stupéfiante est que tu revienne encore pour nous raconter tes ragots bouleversant de non-sens.
Mais connectes-toi donc, on t'attends quand même...

Shinokoshin

Bienvenu dans l'antre des démons, où seuls le chaos, la luxure et la mort sont maîtres de toute chose...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il faut toujours une première fois...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mangetsu
Admin
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 132
Localisation : Tout en haut de sa tour de mage, en train de préparer un sortilège d'oubli global

MessageSujet: Il faut toujours une première fois...   Mar 26 Mai - 0:13

Bon voyons voir où en est ce village. L'année dernière, j'y ai passé quelques mois. Rien de bien méchant. Un petit séjour dans la petite auberge qui servait aussi de taverne. Le rustre mais accommodant propriétaire, peinait d'ailleurs un peu, au niveau financier, vu que ses seuls client se trouvaient n'être rien de plus que les hommes du village, car celui-ci était bien isolé, loin de la route. Très peu de passages. Le mien et surtout l'argent que j'apportais avec moi, fut pour lui un don du destin.
J'avais besoin d'un endroit pour m'éloigner quelques temps, soit disant fatigué de la ville, de l'agitation permanente et surtout de me cacher de mes créanciers. Connaissant les affres des soucis de l'argent et voyant que j'étais néanmoins prêt à le payer, il m'avait sourit et sans plus me poser de questions, m'avait montré ma "chambre", qui n'était autre que la mansarde du bâtiment. Mais elle était bien isolée et le matelas de pailles préparé pour l'occasion, paré d'une couverture suffisamment douillette pour que je puisse y dormir sans prendre ni froid, ni courbatures.

A cette époque, je n'avais pas vraiment menti, je fuyais effectivement des créanciers, mais bien spéciaux, car ce que j'avais "oublié" de mentionner, était que ma dette était celle du sang. Mais c'est une autre histoire...
De fait, ce village éloigné de tout, vivant quasiment en autarcie, était un endroit sûre. Je m'y était présenté en tant que jeune médecin. Un simple humain, débiteur des crédits souscrits pour se payer un bon professeur. J'avais rapidement mis mes compétences, elles réelles, au service du village et était parvenu à me faire bien voir de la plupart de ces habitant en guérissant des malades et blessés qui n'auraient pas survécus sans les soins que je leur prodiguais. Bon, il faut dire que quand les malades venaient à manquer, je faisais en sorte d'avoir de nouveau du travail. Des fois, des personnes disparaissaient, aussi ; on accusait les bêtes qui rodaient dans le bois non-loin...
Je restais ainsi quelques mois durant. Les villageois m'avaient définitivement accepté comme un bienfaiteur plutôt qu'un étranger. Le tavernier m'avait même pris d'affection. Et les quelques vieux me couvaient du regard, ignorant que j'étais surement plus âgé qu'eux.
Puis vint le jour du départ, ayant estimé que les choses s'étaient calmées, je m'était décidé à reprendre mon périple hasardeux. Mais avant cela, je leur laissai un dernier présent : passant à côté des semailles encore fraîches, j'y libérai une fine poudre translucide, vaguement bleutée.

Aujourd'hui, je reviens cueillir les fruits de mon labeur. En ce mois, les récoltes dans les champs se terminent justement. C'est le mois le plus chaud de l'année, ce qui ne m'avantage pas : je déteste la chaleur. Mais bon, ma petite taille, celle d'un renardeau, me permet de courir dans les coins d'ombres et de m'y reposer sans difficulté, en plus de la furtivité naturelle qu'elle implique.
Rien n'a changé, les alentours du villages sont calmes et les animaux paissent paresseusement dans les prés à peine délimités par un filin. En approchant du village à proprement parlé, je passe sous la pancarte où est inscrit, dans une planche de chêne "Genvièrne", indiquant le nom de l'endroit. Tout les villageois vaquent à leurs occupations quotidiennes, comme d'habitude, sauf un, semblant venir des champs, qui se traîne maladroitement vers la maison du prêtre-guérisseur. Ce dernier fut la seule personne à garder une certaine méfiance envers moi, l'année précédente. Charlatant incapable d'accepter que ses fidèles se détournent un peu de son dieu pour aller quérir mes soins, bien plus concrets.
Intrigué, je suis le malade tout en dissimulant ma présence...
Revenir en haut Aller en bas
http://shinokoshin.forumactif.org
Eldrid Ildenbarn

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 08/05/2015
Localisation : Muspellheim

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Mar 26 Mai - 17:03

Cela fait des années… Oh oui, des années que j’erre sans vraiment savoir où aller. En quelle année sommes-nous ? Je n’en ai pas la moindre idée… Quel âge ai-je ? Hey bien… Il est sûr que je n’ai pas attends la vingtaine, non… pas encore. Un peu moins certainement… Dix-neuf, peut-être dix-huit. Cela ferait de toutes façons près d'un siècle que je vagabonde ainsi, que je fuis mon monde et les miens. Et pas qu’eux d’ailleurs. Il n’est pas toujours facile d’être incapable de cacher sa particularité aux yeux d’êtres aussi insignifiants que ces mortels : un œil d’or ainsi qu’un œil rubis. Pourquoi suis-je née ainsi ? Ah, si je le savais… Il est si difficile parfois de vivre avec ce sang qui coule dans mes veines, celui de ces chimères magistrales que tous vénèrent et craignent à la fois. Le sang des dragons. Mais disons que le mien est un peu… spécial… Née d’un père lumineux et d’une mère ténébreuse, en moi coulent les sangs de deux races bien différentes malgré ce que l’on peut en penser… Celui des dragons d’or mélangés à celui des dragons noirs. Un sang maudit, de ce que m’a dit mon frère…
Mon frère ! Einar, où est-il ? Que fait-il en cet instant ? Nous nous étions enfuis ensemble… Mais je l’ai perdu de vue… Nous avons dû nous lâcher lors d’une course poursuite –car bien évidemment, il refusait catégoriquement que je tue qui que ce soit…- et depuis je n’ai plus eus de nouvelles… J’aurai aimé l’attendre, mais mon instinct m’a ordonné d’avancer, alors j’ai obéis. Je sais qu’il saura me retrouver, un jour… Lui le fils chéri du peuple, moi la fille qui n'aurait jamais dû voir le jour… Lui qui est aussi blond et lumineux que le soleil, lui qui reflète la lumière, moi qui suis si sombre, et qui ne peux même pas prétendre refléter la lune...

Repoussant ces pensées négatives, je laisse un long soupir passer mes lèvres alors qu’au loin j’aperçois de la fumée s’échapper au milieu de la forêt, signe de population. Encore un petit village j’imagine… Aussi perdu dans la végétation, ça ne pourrait en être autrement. Réajustant la capuche cousue à ma cape au-dessus de mes yeux, j’approche discrètement de ce lieu tout en restant bien cachée derrière les arbres. Je ne veux pas risquer un affrontement, sait-on jamais si les villageois sont armés… Maintenant que mon frère est loin, je n’hésite pas à me battre, évidemment, mais cela donnerait ma position aux gardes qui me recherchent, ainsi qu’une potentielle idée de ma destination. Enfin… Je n’en ai pas vraiment pour l’instant. Je cherche, j’observe, j’écoute. Lorsque j’aurai une piste, peut-être serai-je plus pressée… mais pour l’instant ce n’est pas le cas.
« Genvièrne »… Le nom du village ? Certainement… Je ne connais tellement rien à ce monde, à ces peuples, à leur culture malgré mes années d’errance… Vivement que je retrouve mon frère, lui saura me guider, m’aider et m’éviter de faire je ne sais quel genre de bêtise…

Posant une main sur la garde de mon épée noire, je m’arrête. Il y a quelque chose d’étrange… Une présence quelque peu familière. Y aurait-il un démon dans le coin ? Je tourne mon regard, scrutant les alentours pour voir d’où cela peut provenir, les arbres ne m’aidant pas vraiment. Ne desserrant pas ma prise sur ma lame, j’avance prudemment jusqu’à ce qu’une petite boule de fourrure bleue attire mon attention. Attends… Bleue ? C’est normal ça ? Je ne sais pas trop… Je ne connais même pas cet animal. En tous cas, il est plutôt mignon. Il a l’air si doux… Je me demande si je serai capable de le caresser –Ah non, je suis bien loin d’être mature-.
Lâchant la garde de mon épée, je m’approche de cette adorable boule de poils sans me douter de ce qu’elle fait ici, ou de ce qu’elle peut véritablement être. Sifflant un peu, je tente d’attirer son attention en m’accroupissant ni trop loin, ni trop proche d’elle. Ah ! Sa tête se tourne vers moi.  Bon, voilà déjà un bon point. Maintenant, comment faire pour le faire venir vers moi… Lui sauter dessus serait une solution, mais je pense que je vais plus l’effrayer qu’autre chose à faire cela. Un éclair de génie me passant par l’esprit, je pose ma besace au sol et en sort un petit sachet dont j’extrais une poignée de fruits à la couleur écarlate. Je tends ma main vers l’animal, lui offrant la nourriture.

-Viens voir là, j’ai quelques fruits pour toi.


Dernière édition par Eldrid Ildenbarn le Ven 28 Oct - 9:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mangetsu
Admin
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 132
Localisation : Tout en haut de sa tour de mage, en train de préparer un sortilège d'oubli global

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Ven 29 Mai - 0:58

Le paysan est bien plus mal en point que son comportement, pourtant déjà désastreux, laisserait penser. Il porte sur lui l'odeur de la fatigue, du doute, de la déception, et de la mort. Il ne doit pas comprendre ce qui lui arrive. Moi par contre, j'en ai une petite idée, et c'est bien pour vérifier cela que je le suis, observant ses moindres faits et gestes, sur le chemin du petit temple où vit le prêtre, près de la bordure Est du village. Depuis une fenêtre, ou un coin d'ombre, je devrais être capable d'observer tout le déroulement de la séance.

Absorbé par ma filature et le maintient de mon aura de discrétion, je sursaute lorsque quelqu'un m'appelle. Il s'agit d'une voyageuse, à voir son état, et étrangère, à voir ses traits. Mais surtout... un démon ?
Pour avoir longtemps vécu avec les miens, je n'ai aucun mal à les reconnaître, d'autant plus que celle-ci ne prend même pas la peine d'essayer de se dissimuler. Mais pourquoi ici ? Pourquoi maintenant ? Ce n'est pas vraiment le bon moment.
Bon, je fais quoi moi ? Elle me prend pour une pauvre bestiole des environs; si quelqu'un passe, il va forcément s’intéresser à la scène, vu que cette fille n'a pas vraiment l'air d'être du coin. Et si on s’intéresse à elle, on regardera ce à quoi elle s’intéresse : moi. Et ça, ça ne m'arrangerait pas.
D'un autre côté, à part si elle est vraiment vicelarde, elle ne doit pas avoir de mauvaises intentions, car rien dans son comportement ne l'indique. C'est rare.
Pressé, je joue la carte de la confiance. Je dois faire vite, autant pour suivre ce qu'il se passe que pour ne pas me faire repérer. Ce n'est peut être pas la meilleure des solutions mais c'est celle qui remplit au mieux mes intérêts, présents et futurs. Et puis j'ai faim, moi !
Sans prévenir, je fonce, prends mon élan, et lui saute dessus pour la faire tomber à la renverse, ce faisant elle lâche ce qu'elle tient, puis je détale, deux ou trois fruits entre les dents. Qu'elle me suive si ça l'amuse. De toutes façons, sa surprise m'aura au moins laisser le temps, de rejoindre une fenêtre du temple.

Une chance que j'ai passé tant de temps dans ce village. Même si il me parait soudain plus grand, je n'ai pas de mal à retrouver la petite cachette à côté du recluseum du prêtre, qui lui sert autant de confessionnal que de salle de "soin". Tandis que je prends mes aises, je commence à percevoir la conversation qui a commencé depuis peu. Une chance pour moi d'avoir réussit à perdre cette fille... j'espère.
Même sous cette forme, je dois me retenir de rire en entendant le ton posé et professionnel du vieil illuminé. Alors que le pauvre homme souffre le martyr, il lui conseil de s'en remettre à Yormin, son dieu justement, qu'un don honnête à sa paroisse lui attirera assurément les grâces divines.
Yormin est le dieu du labeur, de la création et de l'obstination. Vu comme un dieu sévère mais bon, je pense que ce travailleur de la terre n'est pas vraiment le moins hypocrite, car il ne doit pas ménager ses efforts pour nourrir sa famille et son village. De plus, son allure semble indiquer une personne simple, franche et dure à la tâche; ce qui rend la situation d'autant plus cocasse.
Lorsque le malade se plaint qu'il souffre d'engelures au beau milieu de l'été, que faire les récoltes de son champ ainsi est un véritable calvaire, il lui répond : "Mon fils, soyez un grand garçon et assumez. Si vous souffrez ainsi c'est que vous avez manqué à l'un de vos devoir. Alors allez y remédier de ce pas. Et gardez vous de chercher quelques médecines impies, elles vous damneraient..."

Je ne puis retenir un léger jappement hilare, devant la bêtise manifeste de cette conversation. Même si le dialogue en lui même est stérile, l'expérience elle, ne l'est pas, car je recueille d'importantes informations qui m'aideront dans la suite de mes "recherches".
Fort heureusement personne ne semble m'avoir encore remarqué, ni entendu. Me sachant à l'abri, et satisfait des premiers résultats de mon travail, je sombre dans une légère torpeur, aidé par la lumière du soleil qui me tombe directement dessus à travers un trou dans le feuillage.
Revenir en haut Aller en bas
http://shinokoshin.forumactif.org
Eldrid Ildenbarn

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 08/05/2015
Localisation : Muspellheim

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Mer 3 Juin - 0:07

Cette petite boule de fourrure bleue semble bien tracassée. Cette chose si mignonne aurait-elle la possibilité de penser, et de réfléchir comme moi ? Étrangement, j’ai du mal à y croire… Mais après tout, je ne connais pas grand-chose de ce monde et de ses habitants… Un petit sourire commence à étirer mes lèvres alors que l’étrange animal commence à s’approcher de moi, mais bien rapidement je me retrouve allongée sans comprendre le pourquoi du comment. Complètent hébétée, je ne remarque même pas que l’animal fuit en direction du village. Une fois ma surprise passée, je me redresse en poussant un léger soupir et me remets sur mes pieds. Je dépoussière ma cape noire, récupérant mon sac une fois cela fait. Je suis tout de même déçue, j’aurai tant aimé pouvoir le caresser et voir s’il était aussi doux que ce que je pensais… Tant pis. Si j’ai un peu de chance, je retomberai rapidement sur lui. Sinon, j’en ferai mon deuil.
J’observe un moment ce village avant de prendre mon courage à deux mains et de passer la barrière. Cela devrait aller… Ce n’est qu’un petit village, ils ne doivent pas être au courant des rumeurs à l’extérieur. Peut-être même que je pourrai enfin dormir dans un vrai lit. Oh oui… Le rêve. Ajustant convenablement ma capuche sur mes yeux, j’avance sur la rue centrale de ce petit village, observant tout ce qui m’entoure. Tout semble être assez calme ici, c’est… apaisant. Après des mois de fuite à travers ce monde dont je ne connais rien, c’est des plus appréciables. Les gens semblent me dévisager à chacun de mes pas… Mais pas de façon agressive. Non, ils semblent plutôt curieux de ma présence… Ils ne doivent pas avoir beaucoup de passage dans un coin si reculé. Peut-être les animaux sont-ils mêmes leur unique activité…
Traversant le village, je finis par me faire accoster par un homme des plus étranges. Il s’est présenté à moi comme étant le propriétaire de l’unique auberge de la région et comme tout bon marchand, m’a proposé un logement peu couteux avec repas de qualité et lit confortable. Cette proposition étant alléchante, je le laisse donc me guider jusque son auberge, où il m’accompagne jusque sa plus grande et meilleure chambre –du moins d’après lui-. Une fois qu’il sort –enfin-, je me permets de baisser le masque et de lâcher un long soupir de soulagement. Il parle vraiment trop… Enfin, c’est des plus agréables de ne pas se sentir menacée. Je pose mon sac dans un coin de la chambre, bien décidée à aller explorer un petit peu les environs, et à retrouver cet étrange animal qui a osé se jouer de moi. Rejoignant l’aubergiste, je lui demande s’il n’aurait pas vu un étrange petit animal au pelage bleu gambader non loin d’ici. Ses yeux s’écarquillent à ma question et son sourire se fait plus… comment dire… compatissant ? Alors qu’il me répond :
 
- Vous feriez bien d’aller voir notre prêtre. Peut-être saura-t-il vous guider sur le bon chemin.
 
Ses paroles sont étrange, mais ne comprenant le sens, j’acquiesce et quitte la chaumière. La maison du prêtre pourrait peut-être me donner une piste. Enfin, même si ce n’est pas le cas ça me fera du bien de simplement me détendre en marchant. Il fait plutôt bon en ce jour même si les nuages semblent se rapprocher. Autant profiter de l’astre solaire pour visiter.
Arrivant près de la maisonnette nettement plus riche du dit prêtre, je me fige devant sa porte d’entrée. Cette odeur… Une odeur bien distincte provient de l’intérieur. La porte s’ouvrant, je fais rapidement un pas en arrière et observe curieusement l’homme qui en sort. Il ne semble pas si vieux… Mais tout en lui reflète une mort proche. Pauvre homme, il semble tant souffrir… Peut-être pourrai-je abréger ses souffrances… Une main sur la garde de mon épée, j’hésite un instant avant de simplement observer cet être s’éloigner. Il n’en a plus pour très longtemps… Peut-être une semaine maximum, plus serait miraculeux.
Alors que je finis par me désintéresser de ce condamné à mort, mon regard est attiré par quelques poils bleus sombrent qui pendent d’une fenêtre. Un sourire victorieux étire mes lèvres alors que je m’approche à pas de loup, pour finalement découvrir mon étrange ami endormi. C’est craquant comme animal… Complètement sous le charme de cette bestiole, qu’importe ce qu’elle est, je décroche les attaches de mes épaulettes pour retirer ma cape. Le plus doucement possible, je la mets autour de l’animal et finis par le prendre dans mes bras et l’envelopper délicatement, comme s’il était fragile. Il ne semble pas se réveiller… Pauvre animal, il ne doit pas avoir une vie facile. Peut-être sommes-nous semblables après tout… Le cachant à la vue des habitants, je retourne vers l’auberge pour retrouver le calme et la fraîcheur de « ma chambre ».
Évitant je ne sais comment l’aubergiste, j’entre et referme aussitôt la porte derrière moi. Le petit dans mes bras dort toujours… Je le pose sur le lit que l’homme a préparé en mon absence, puis retire la cape du jeune animal pour éviter qu’il n’ait trop chaud. Je l'observe un instant, puis passe délicatement une main dans son pelage. Effectivement, son pelage est étrangement doux... Je souris à ce constat, puis m'éloigne pour déposer un bol que je remplis d’eau, ainsi que de nouveaux fruits qui se trouvaient dans mon sac, sur la table basse. J’imagine qu’il aura faim à son réveil… Attrapant une chaise, je vais ensuite m’installer près de la fenêtre. La nuit tombe et la pluie se fait lourdement entendre… Il était temps que je rentre avec cette petite bestiole. Mon regard posé sur le village, mon épée installée sur mes jambes, mes paupières finissent par lentement s’alourdir…


Dernière édition par Eldrid Ildenbarn le Ven 28 Oct - 9:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mangetsu
Admin
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 132
Localisation : Tout en haut de sa tour de mage, en train de préparer un sortilège d'oubli global

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Mar 16 Juin - 10:17

Le bruit de la pluie me réveille dans la tiédeur agréable de cette douce nuit d'été. J'ouvre les yeux et reconnais dans l'obscurité les contours de cette chambre que je connais si bien...
Hein QUOI !? Mais qu'est-ce que je fais là ? Je me souviens m'être endormi dans un recoin que je connais bien, à au moins 500 mètres de là. J'observe mes environs directes espérant trouver des indices qui expliqueraient la situation. Et j'en trouve... un gros indice : la fille de tout-à-l'heure, assoupie sur une chaise devant la fenêtre, légèrement éclairée par les maigres faisceaux lunaires parvenant à percer les nuages noirs qui couvrent la voûte céleste. Elle a dû m'emmener durant mon sommeil. D'abord sur mes gardes, je m'aperçois que son sommeil est profond, et mes sens ne détectent pas de piège potentiel ou de quelconque danger imminent, alors je me calme et observe mon kidnappeur.
De par sa tenue solide et couvrante, ses muscles secs, le fourreau sur ses genoux, tout reflète en cette jeune femme une guerrière, émérite je ne sais pas, mais une guerrière tout de même, qui a déjà vécu et donc, sait se battre.
Sauf que là, dans son sommeil, c'est plutôt sa féminité qui ressort. La sérénité de la scène est reposante, et attendrissante. C'est dans cette chambre qu'apaisé, je descends du lit et trouve quelques fruits au sol ainsi qu'un bol d'eau claire. Toujours un peu méfiant, je renifle les fruits mais n'y sens rien de suspect, j'en mange quelques-uns, puis bois un peu, humectant de ma langue mes lèvres encore sèches.

La nuit est déjà bien avancée. J'ai encore du travail. Reprenant mon apparence normale, je sors de ma poche une sphère à l'apparence de verre fumée, luisant doucement d'une lumière mauve.
L'énergie me picote légèrement les doigts et ma vision se brouille puis revient à la normale. Un, deux... Cinq personnes sont en tout infectées actuellement. C'est peu, mais suffisant. Petit-à-petit ces personnes se découvriront de nouveaux maux. Et je recueillerai toutes les informations possibles. J'espère que les morts ne seront pas trop nombreux, ce village est joli, paisible, accueillant et surtout un peu coupé du monde.
Le poison ne devrait pas affecter beaucoup de personnes, seules celles ayant un système immunitaire déficient au moment de l'ingestion seront infectées gravement... normalement. Comme le vieux paysan, qui, je pense, ne passera pas la semaine. Enfin, je dis vieux, mais il n'a que cinquante ans si je me souviens bien, mais son corps a déjà trop travaillé, et dépense l'énergie qui lui reste au travail de la terre plutôt qu'à protéger son organisme. A contrario, le tavernier, si un jour il se retrouve infecté, devrait s'en sortir sans trop de souci, son travail n'étant pas vraiment épuisant, physiquement parlant.

Relevant la tête, j'observe de nouveau la jeune femme, bien moins impressionnante de cette hauteur. Elle n'a vraiment pas l'air méchante mais on ne sait jamais. Je préfère garder ma lame prête au cas où elle ait le réveille grognon. J'attrape le bol et en fini le contenu d'une traite. Quel délice, c'est vrai que je n'ai pas trop pris le temps de boire hier, malgré la chaleur. Me débarrassant du haut de mon Yukata, dévoilant son intérieur noir, je recueille encore quelques informations sur l'état de santé de mes "patients" : le paysan est vraiment le plus mal en point actuellement. Les autres vont effectivement beaucoup mieux, et si je me sers correctement de cet instrument, ce doit être la boulangère qui va le mieux parmi les individus touchés. Bien.
Je sursaute, la fille vient de couiner dans son sommeil, dans le silence immobile de la nuit, c'est surprenant. Enfin bon, c'est justifié vu qu'un petit chat vient de sauter sur le dos. Un chat d'allure bien étrange, blanc tigré de noir, avec une oreille à moitié arrachée ou/et brûlée, je ne sais pas, mais pourtant tout-à-fait normal, je m'en suis assuré l'année précédente, lorsque j'avais eu des doutes. Malgré son regard vert meurtrier, luisant dans la nuit, il me laisse m'approcher doucement, le caresser, puis le prendre dans mes bras. Je me rassois avec lui sur le lit. Les chats sont reposant et contrairement aux chiens, ils n'aboient pas. S'ils n'étaient pas si indépendants, feraient de parfait animaux domestiques.

Je passe la main dans son pelage poussiéreux et m'aperçois que le félin a dû faire sa sieste au milieu d'un champ hier. Pourquoi, parce que j'y retrouve quelques traces de la poussière bleuté que j'y avais répandu. Et lui n'est absolument pas malade par contre, j'en déduis que les félins doivent y être immunisés, peut-être, peut-être même tous les animaux, car je n'ai pas non-plus vu de chiens ou de poules malades. Je note cela dans un coin de ma tête, il fait trop sombre pour écrire et je n'ai pas envie d'allumer la chandelle gracieusement offerte par le propriétaire de cette chambre.

Le matin pointe à l'horizon. J'ai toujours les chats sur mes genoux et mange une pomme juteuse trouvée dans le panier à côté de la porte. Décidément, j'aime ce village, j'espère qu'il encaissera le grain de sable que je viens de glisser au milieu de ces mécanismes bien huilés.
Tiens, la demoiselle ouvre un œil :

-Bon réveil, belle inconnue.

Profitant de sa confusion, je pose la main sur le manche de ma lame toujours posée sur le lit.

-Les baies étaient succulentes.
Revenir en haut Aller en bas
http://shinokoshin.forumactif.org
Eldrid Ildenbarn

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 08/05/2015
Localisation : Muspellheim

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Mar 16 Juin - 22:54

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas pu me reposer de la sorte et je dois avouer que cela fait le plus grand bien. Pouvoir dormir sur ses deux oreilles dans un endroit tranquille et chaleureux… Je ne devrai certainement pas d’ailleurs, mais j’en avais tellement besoin. Bien que mon sommeil soit actuellement des plus réparateurs, il n’en est pas moins agité. Du sang, du feu ainsi que des cadavres peuplent mon rêve. Il serait possible, j’en aurai des sueurs froides. Mais ayant le sang-froid, ceci est impossible.
Sentant les doux rayons de l’aurore pointer leur nez, lentement mais sûrement je sors de mon sommeil. Il me faut un long moment –environ cinq longues minutes- pour réussir à effacer de mon esprit le spectre de mon rêve. Toujours le même, je devrai être habituée depuis ces années… Mais on dirait qu’il y a certaines choses auxquelles nous avons du mal à nous habituer. Ouvrant doucement les yeux, j’observe un instant la vue que j’ai sous les yeux avant de sursauter à cette voix inconnue. Je saute littéralement hors de ma chaise, me mettant aussitôt en garde la lame pointée vers l’inconnu. Je l’observe un instant, mon regard s’arrêtant sur ses cheveux bleus… C’est plutôt rare ça par contre. Sa tenue aussi est des plus inhabituels… Qu’est-ce donc ? De la façon dont elle est pliée, j’ai bien du mal à m’imaginer le reste… Il n’est certainement pas d’ici. Mon regard se pose sur la lame à ses côtés, ce qui me fait reculer d’un pas. Il est armé… –sa lame est d’ailleurs d’une étrange beauté, je n’en ai jamais vu de telles. Serait-elle faite de glace ? - Qui est-il et que fait-il ici ? Je vais pour lui poser ces questions, mais il me devance en prenant la parole et aussitôt mes gestes s’arrêtent. Les baies ? Inquiète un instant, je balaie la pièce du regard. Mais la fourrure bleue que je cherche n’est nulle part en vue. Tout ce qu’il y a c’est ce… oh, un chat. Et cet étranger aux cheveux… bleus ? Fronçant les sourcils, je baisse doucement ma lame. Maintenant que j’y pense… Ce bleu est fortement semblable à celui de la petite créature que j’ai recueilli.
 
                - Reven ?
 
Hm… Drôlement cherché comme surnom : renard. Je baisse définitivement ma lame, sans pour autant la rengainer ni m’approcher, et observe maintenant plus en détail mon « invité ». De par son physique, il semble plus âgé que moi –ce qui est bien évidemment impossible, mais passons-. Il semble à la fois détendu, mais aussi près à me sauter dessus au moindre faux pas. Vu son épée, il doit savoir la manier… Vu sa beauté, c’est certainement un héritage familial. Il semble bien trop peu matérialiste pour se payer une aussi belle lame. Surtout s’il se transforme en renard, comme je le pense. Il est plutôt pas mal foutu, mais ça encore c’est loin d’être important. Il y a quelque chose chez lui qui me dérange… Il a une aura étrange, bien plus détectable ainsi que sous sa forme mignonne. Tout en lui reflète le froid, la glace… Je ne pense pas que les mortels le sentent autant. J’en suis sûre maintenant : il n’est pas de ce monde. Cette révélation attise ma curiosité et me détendant enfin, je me décide à rengainer ma lame, tellement sombre à côté de la sienne. Restant malgré tout sur mes gardes, je me décide à briser le silence qui s’était installé entre nous.
 
                - Qui es-tu vraiment et d’où viens-tu ?
 
Quelques coups contre la porte m’obligent à lever mon regard de l’homme face à moi pour le poser sur la porte alors que je lui fais signe de ne pas bouger. Je traverse la pièce pour entrouvrir la porte, me forçant un léger sourire en apercevant le tavernier. Je ne m’attendais pas à le voir aussi tôt, je dois l’avouer…
 
                - Tout se passe-t-il bien Mademoiselle ? J’ai cru entendre du bruit venant de la pièce.
                - Ne vous inquiétez pas, ce n’est qu’un chat qui a réussi à se faufiler. J’imagine qu’il ne voulait pas être seul.
                - Oh, bien. Puis-je vous proposer de manger quelque chose ?
 
Réfléchissant un instant, je finis par accepter et lui demande de m’amener quelques trucs. Je referme la porte, me retournant ensuite vers toi. Je m’installe dans un siège entre toi et la porte, croisant les jambes alors que le jeune chat vient s’y installer. Je passe une main dans son poil, souriant doucement à sa douceur. Sans relever la tête, je t’adresse la parole.
 
                - Pourquoi n’es-tu pas parti avant mon réveil ?
 
Il est vrai que tu aurais pu partir sans risquer de t’attirer des ennuis, ou tu aurais pu aussi profiter de mon sommeil… Mais je préfère ne pas en parler. J’ai eu de la chance que tu sois quelqu’un de… loyal ? Mais ça m’apprendra à baisser ma garde en terrain inconnu… Lorsque le tavernier revient avec la nourriture, je retourne ouvrir la porte pour récupérer le plateau et le payer. Je viens ensuite poser le tout sur la table basse, t’invitant à manger.
 
                - Tu dois avoir faim, profites-en.
Revenir en haut Aller en bas
Mangetsu
Admin
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 132
Localisation : Tout en haut de sa tour de mage, en train de préparer un sortilège d'oubli global

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Ven 26 Juin - 17:12

Sur l'élégant visage, à la surprise succèdent l'incompréhension, puis le défi, la méfiance, et enfin de nouveau la surprise lorsqu'elle comprend que je ne suis autre que la boule de poil kidnappée la veille. Alors que les questions doivent se bousculer dans sa tête, je profite du spectacle. Maintenant que nous sommes au calme -relativement, vu la lame qu'elle brandit dans ma direction- je peux l'observer à tête reposée. Je ne tente même pas de deviner son âge, ça n'a pas d’intérêt si il s'agit bel et bien d'une démone. Mais physiquement, elle convient largement aux normes de beauté humaines, je pense, avec sa silhouette élancée mais non-dénuée de formes, moulées dans une solide mais sophistiquée tenue, plus adapté aux mouvements du combat -ou au moins à la cour- qu'à la poussière du voyage. Tandis que, toujours en joue, elle évalue le danger potentiel que je représente, je m’intéresse à son étrange lame, noire de jais -mais qui suis-je pour parler d'étrange ?- Dont les reflets irisés ne jouent pas naturellement avec la lumière de l'aube. Cette pièce de maître, à en croire mes connaissances, doit provenir d'une famille noble et très haute placée, ou du moins terriblement riche.
D'où viens-je ? Assurément le "où" ne se réfère pas à une ville en particulier, ni même une région, à la limite un pays, lointain, mais je penche plutôt sur l'idée qu'elle se doute que je n'ai rien d'humain. Par contre, cette question révèle qu'elle ne m'a pas encore tout-à-fait percé à jour, ce qui m'avantage très légèrement. Mais bon, alors que je m’apprête à lui répondre par une énigme, nous sommes coupés par le propriétaire de l'auberge, qui toque à la porte, inquiet du bruit au dessus de sa tête. La commande rapidement expédiée, elle se retourne pour prendre le chat en éludant la question précédente, d'une autre, sonnant plutôt comme un reproche que comme une vrai question. Mais je décide tout de même d'y répondre, n'ayant aucun réel intérêt à la contrarier, à part peut-être pour évaluer un peu plus ses réactions :

- Eh bien, le lit était confortable et ce chat, que tu as là, a décidé que mes genoux faisaient un parfait matelas pour la nuit, donc je n'ai pas vraiment pu bouger.

A la vue de son sourire à peine retenu, je sais que j'ai gagné la partie. La tension se relâche pour de bon cette fois. Et elle m'invite même à partager son repas, plutôt que d'informer son hôte de ma présence. L'approuvant d'un signe de tête, je prends un œuf dur que mord dedans sans plus de façon.

-Mon nom est Mangetsu, et je viens de l'Est, loin. -ce qui est vrai- Et comme tu peux le voir, je possède certaines... qualités. Je range Pandenium et lui lance un regard innocent. Et toi ? Sans vouloir te manquer de respect, j'ai l'impression que tu n'as rien faire ici. T'es-tu perdue ?

M'emparant du gros couteau dentelé et de la miche de pain, j'en découpe deux généreuses tranches et en tend une à la demoiselle avant de tartiner la mienne d'un morceau de beurre frais. En bas, le rue s'amuse rapidement dans les raies de l'aube déjà bien avancée. Je prend garde, en jetant un coup d'ailleurs à ne pas me faire repérer par un passant qui aurait eu la bonne idée de lever le nez à ce moment là. Ce village est assez isolé pour que tout le monde se connaisse et soit déjà au courant de la présence de la jolie locataire de leur bien-aimé tavernier. Je n'ai pas vraiment changé en un an et l'on pourrais surement me reconnaître, ou du moins se rendre compte qu'une personne de trop habite la mansarde. Ce n'est donc, de tout façon pas la peine de tisser un sort d'apparence. Bien qu'absorbé par dans ma contemplation de l'activité matinale, je garde quand même un oeil sur la jeune démone qui me fait, elle, face.
Revenir en haut Aller en bas
http://shinokoshin.forumactif.org
Eldrid Ildenbarn

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 08/05/2015
Localisation : Muspellheim

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Dim 28 Juin - 20:04

Cette réponse simple et pourtant des plus enfantine arrive à me décrocher un sourire. Alors cet… être est un renard qui aime les chats ? Je ne m’y attendais pas… Mais peut-être puis-je alors me lâcher un minimum et lui laisser le bénéfice du doute. Je ne connais rien de cet homme. Il l’aurait voulu, il aurait pu me trancher la gorge pendant mon sommeil… Peut-être n’aurais-je même pas pu tenter de me défendre… Enfin, laissons cela de côté. J’ai eus surtout de la chance que cet… Arh, il est dur de le traiter d’homme alors qu’il n’est qu’un mal ! Non un Homme… Je suis bien plus fatiguée que je ne le pensais si je commence à me poser des questions sur ce genre de sujet… Cette nuit de de repos ne m’aura pas été de trop en tous cas. Peut-être pourrai-je encore en profiter ce soir, qui sait. Je le souhaite. Mais pour l’instant, la question serait plutôt de savoir qui est cet étranger. Il semble connaître ce village, mais est-ce uniquement une impression ? Il a déjà dû venir…
Mangetsu, hein ? Je ne connais pas ce genre de… patronyme. Il a une intonation plutôt douce, enfin plus que le mien déjà. Il sonne bien. Je me demanderai presque ce qu’il signifie, certainement un rapport avec ses origines… glaciales. L’Est… Où est-ce ? Je ne sais même pas pour où je suis arrivée, je fais une bien piètre vagabonde… Je retiens de peu un soupir alors que mon regard se pose sur cette lame si étrange avant de croiser celui qui se voudrait pire de mon invité « surprise ». À y regarder plus près, il est plutôt attirant. Ces iris améthystes veulent en dire plus qu’il ne le veut, c’est un regard qui met plutôt à l’aise en fait. Du moins : pour une personne qui est habituée aux insultes et à être traiter de monstre par tout être qu’elle croise… Le sien est différent, en bien de chose sans même parler de sa couleur si particulière. Il ne croit ni ma lame, ni mes yeux distincts. Attrapant une pomme, je croise les jambes alors que mon regard se plante dans le sien. Perdue ? Hm… On pourrait le dire ainsi, mais il est hors de question que je me montre aussi faible. Enfin… Je le suis, mais pas officiellement. Je ne prends pas la peine de lui donner mon nom, offrant plutôt la raison de ma présence dans ce village :
 
                - Pas exactement, non. Disons plutôt que ma tête est mise à prix depuis des années et je ne sais où aller.
 
Je n’ai même pas de buts après tout… Enfin, j’aimerai retrouver ceux qui m’ont poussée dans cette situation mais par où commencer ? Je ne sais même pas si ces personnes sont présentes dans ce monde ou dans un autre…
Chassant ces pensées nocives de mon esprit, j’attrape la tartine que le renard me tend avant de la tartiner d’une étrange gelée rougeâtre. Je plante mes crocs dans le pain, agréablement surprise par le rendu gustatif. Je profite du fait que cet inconnu observe par la fenêtre pour le détailler un peu plus. Il doit être plus grand que moi lorsqu’il est debout, ce qui n’est pas très étonnant venant d’un mâle. Sa peau est plus mate que la mienne, on aurait presque envie de mordre dedans pour voir le goût que ça a… Mais je ne suis pas une sangsue, alors ce n’est pas moi qui me tenterai à cette expérience. Il semble à l’aise ici, vraiment… Même lorsque j’avais ma lame pointée sur sa gorge il n’émanait de lui aucune crainte, aucune animosité. Son sang-froid est épatant… Mais en cet instant, son esprit semble être ailleurs, comme si quelque chose le tracassait. Qu’est-il venu faire dans ce village s’il vient de si loin ? Il m’intrigue, de bien des manières…
 
                - Que fais-tu dans ce village ? Tu sembles te cacher aux yeux des habitants de par ton apparence animale… Que cherches-tu, quel est ton but ?
 
Mon frère m’a toujours dit que la curiosité est un vilain défaut… Mais plus j’en saurai face à lui, mieux je saurai me défendre. Et qui sait, peut-être ce « Mangetsu » serait-il en mesure de me guider vers une quelconque voie.
Revenir en haut Aller en bas
Mangetsu
Admin
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 132
Localisation : Tout en haut de sa tour de mage, en train de préparer un sortilège d'oubli global

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Ven 10 Juil - 0:00

Je réprime un sourire à l'audition de la réponse de Mademoiselle black (appelons-la ainsi vu qu'elle me refuse son nom). "Recherchée" ? Elle ne sait pas où aller ? Soit elle joue très bien un rôle, soit elle est définitivement perdue. Et loin de chez elle pour le coup. Sinon elle aurait su que cet endroit est bien parmi les meilleurs planques qui m'aient été donneé de visiter. L'absence totale d'autorité supérieur au chef du village et son enclavement en fait une place parfaite pour faire profil bas, jusqu'à la fin de ses jours si besoin, tant qu'on évite un minimum le clerc de pacotille qui serait capable de mener sa propre enquête s'il développait trop de soupçons. Malgré mon amusement, je décide de ne pas poursuivre le dialogue, un sourire en coin du côté caché de mon profil.

Le forgeron sort ses outils et les fruits de son artisanat, en contrebas. Rien de bien original : principalement des outils de tous les jours, lame de pelle, de bêche et de hache, pointe de pioche, poutrelle en fer, quelques épées plus où moins bien réalisées et un certain nombre de couteaux de moyenne facture, ainsi qu'une grande quantité de rivets et de fers à cheval. En bref, tout ce qu'il faut à un village de cette envergure, et d'une qualité largement acceptable pour des prix... aléatoires. Vu que le village est isolé, le troc marche bien mieux que la monnaie, alors les prix sont le plus souvent fixés au petit bonheur, avec un rôle principalement figuratif.

Je sens le regard scrutateur de mon hôte, qui s'est définitivement détendue et a même commencer à manger un bout, peser sur moi. Ses épées de retour au fourreau, elle a décidé de m'observer, de me détailler, ce que je n'apprécie pas plus que ça. Non que ce soit vraiment désagréable, je m'en fiche, mais je ne pourrai pas vraiment l'apprécier, je laisse le narcissisme à ceux qui peuvent se le permettre. Personnellement, j'ai besoin d'avoir une analyse réaliste de moi-même, tant mes capacités que mon apparence. Sans quitter la rue des yeux, je réponds évasivement mais sans mensonges à ses questions :

- Je suis ici pour observer. Il va surement se passer des choses dans ce village et je tiens à y assister. Voir ce qui va se passer, et comment cela va-t-il se passer. Et pour ce qui est de mon anonymat, c'est juste que il n'y a pas vraiment d’intérêt à ce que les gens d'ici connaissent mon visage. D'autant plus que, s'il arrive quelconque malheur, il est toujours plus facile de pointer un étranger de doigt... en l’occurrence toi, si je ne m'abuse.
Tu es vraiment sure de ne pas avoir de nom ? Je voudrais au moins pouvoir remercier comme il se doit celle qui m'a laissé son lit et partagé son petit déjeuné avec un inconnu tel que moi.

J'omets bien évidement d'évoquer le kidnapping pour ne pas remettre cela sur la table, qui n'aurait que pour conséquence de la gêner.
Dans les airs résonne l'écho du tambourin géant de la paroisse, qui annonce la première messe de la journée. Au moins, le prêtre ne chaume pas ! Le son spécialement choisit, est puissant mais étonnement mélodieux, évoquant une symphonie de dizaine d'outils travaillant de concert pour produire un tintement caractéristique, distinguant bien ce Dieu, Yormin de ses paires. Bien qu'il n'y est qu'une seule divinité en ce village, les gens savent qui ils vont prier. Même si ce comportement m'est toujours aussi impénétrable, voir frustrant, je dois reconnaître qu'il apporte une certaine dose de calme et d'intimité en ramenant presque tout le monde dans la place central autour du prêtre, ce qui n'a lieu que le matin car c'est le seul moment de la journée où tout le monde est présent. En effet, le reste du temps, au moins les trois-quarts sont occupés ailleurs, et la séance peut ainsi avoir lieu dans le bâtiment dédié, bien trop petit sinon pour accueillir ne serait-ce que la moitié du village.
Je lance innocemment :

-Tu ne vas pas prier ?
Revenir en haut Aller en bas
http://shinokoshin.forumactif.org
Eldrid Ildenbarn

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 08/05/2015
Localisation : Muspellheim

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Dim 26 Juil - 21:09

La nourriture est loin d’être mauvaise ici, ça me change radicalement. Je commençais vraiment à m’habituer aux quelques baies que j’arrivais à cueillir sur la route, ainsi qu’aux morceaux de pain rassis facilement récupérables. Ça ne fait pas de mal de manger quelque chose de vraiment consistant. J’imagine que ces villageois ne se doutent pas entièrement de la chance qu’ils ont de manger ainsi jour après jour, repas après repas… Si seulement les miens n’avaient pas été si stupides… si seulement ils avaient réfléchis un minimum, je serai certainement entrain de déguster l’un des meilleurs mets qui m’aient été donnés de goûter de toute mon existence. Cette petite vie bourgeoise que j’ai à peine connue me manque… Peut-être pourrai-je y revenir un jour, lorsque j’aurai redoré mon nom. Je n’ose même plus le prononcer, je me demande quel ton il aurait si je le prononçais, là, maintenant. Certainement serais-je gênée, attristée, mélancolique… Je suis curieuse, mais je n’ai pas non plus envie de le savoir. Même si j’accepte de baisser ma garde, cet homme pourrait tout de même être un ennemi. Et il est hors de question que je dévoile l’une de mes faiblesses en ce cas, surtout lorsque je ne connais rien de celui qui me fait face.
Il dit qu’il se passera quelque chose ici… Alors, cette étrange odeur qui flotte tout autour du village, je ne m’étais pas trompée ? Elle est bien réelle ? Je fronce légèrement les sourcils, suspicieuse. Il ne me dit pas tout… il cache quelque chose par rapport à cette histoire et ça ne me plait pas. Enfin, je n’ai pas à me plaindre… Ce n’est pas comme si j’allais me dévoiler entièrement. Chacun son jardin secret. Je ris doucement à ces propos, pourtant véridiques. Il est vrai que s’il se passe quelque chose ici, je serai la première accusée. Je ne risquerai pas grand-chose, mais cela me ferait un peu plus de personnes à fuir… Ou à tuer. Tout dépendra de mon humeur.
 
- Tu es lié à cette odeur de mort qui règne ici, non ?
 
Je tente de faire abstraction un instant de sa dernière question. Mon nom… Cela fait longtemps que personne ne m’a nommée et pour cause : parmi les démons et les mercenaires mon nom est bien trop connu. Si jamais ils ont un tant soit peu d’attrait pour l’argent, je risquerai d’avoir à dégainer mon arme à nouveau. Je fixe cet étranger un instant. Qui est-il ? Humain, démon ? Cela m’étonnerait qu’il vienne du troisième monde… Il ne dégage pas de lui cette aura apaisante et irritante. Je ferme doucement les yeux avant de me résoudre à lui donner ce qu’il demande, alors que ma prise se resserre sur le manche de mon arme.
 
- Eldrid. Je me nomme Eldrid.
 
Je le fixe un moment, détaillant chacune de ses réactions pour être sûre que je ne risque rien. Me relâchant légèrement en ne voyant aucune animosité, je pose mon regard sur la baie vitrée sans pour autant lâcher mon épée. Je pose mon regard vers le lieu d’où vient ce son assourdissant. Je me redresse, une tartine entre les crocs et m’approche de la fenêtre pour mieux voir d’où ça vient. Bien vite, les quelques villageois sortent de chez eux pour rejoindre cette étrangeté. Je ne me rappel pas avoir vu quelque chose de pareil lors de mon long périple… à moins que… ils prient ? Ils croient encore en ces dieux illusoires qui se moquent de nos malheurs ? Misérables humains… Je tourne un œil vers le jeune renard avant de me repositionner face au village, ricanant doucement.
 
- Prier ? À quoi bon. Les quelques rares divinités qui s’intéressent à nous préfèrent parier sur ce qui nous arrivera plutôt que de nous tendre la main dans les moments les plus difficiles. De plus, ceux en qui je croyais ne poseraient jamais leur regard sur ce village miteux. Pourquoi perdrai-je encore mon temps à essayer d’attirer leur attention sur ma futile vie ?
 
Me tournant vers lui, je m’adosse alors au verre, un sourire mesquin au bord des lèvres.
 
- Et toi ? Tu ne pries pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Mangetsu
Admin
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 132
Localisation : Tout en haut de sa tour de mage, en train de préparer un sortilège d'oubli global

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Mar 4 Aoû - 14:00

Seule la voix grinçante du fervent prêtre fait fond au silence ambiant ,dans lequel on pourrait avoir l'impression de flotter, uniquement troublé par les bruits de nos mouvements, et nos voix qui paraissent presque trop fortes dans ce calme légèrement tendu où chacun observe l'autre. Tout le village est à l'arrêt, je ne m'habituerais, je pense, jamais à cette pause totale, au petit matin, où le temps lui-même fait mine de s'arrêter pour consacrer quelques minutes à une théorique divinité dont la théorique existence n'a de théorique preuve que l'inspiration théoriquement divine de quelques illuminés disparus depuis des éons...
Le petit visage de ma compagne de l'heure ne se départit pas de cet air vaguement songeur depuis qu'elle n'affiche plus d'hostilité ouverte. Elle ne semble pas tout-à-fait convaincue par mes réponses.

- Alors je ne suis pas le seul à la sentir. Et bien comme je viens de le dire : je suis ici en observateur, à cause d'elle justement. Je veux voir ce qui va se passer. Ce qu'elle va causer, si je puis dire...

C'est tout ce que je peux lui dire et déjà bien assez. Si elle est belle et bien recherchée, je pourrais peut-être me servir de cela pour obtenir quelques faveurs d'elle ultérieurement. Mais passons. Je crois bien avoir enfin enfoncé cette défense, qu'elle m'abandonne difficilement et avec moult méfiance...
"Eldrid" A la prononciation de ce nom, une odeur de brûlé se dégage, me rappelant de vieux souvenirs, mais je ne parviens pas à les distinguer. Ce nom me dit quelque-chose mais impossible de savoir quoi. Bon, il n'y a pas de mal, ce n'est surement qu'une impression causé par un mélange de plusieurs souvenirs un peu trop enterrés pour être retrouvés en bons état.

- Eh bien damoiselle Eldrid, je te remercie pour l'hospitalité dont tu as fait preuve envers moi. Je saurai te rendre la faveur le moment venu, du moins si l'occasion se présente.

Me laissant aller à un peu d'humour, j'accompagne cela d'une révérence très maniérée, jamais encore utilisée, apprise durant mon enfance en tant que savoir vivre.
La réaction confuse de la jeune femme me laisse perplexe, ai-je fait quelque-chose de si bizarre ? Ne comprends-elle pas cette humour ?

S'il en ai elle s'intéresse tout de même à ma dernière questions et y répond plus sur le ton de la raillerie. Oui, définitivement, elle vient de Dystanor, ou alors elle a vraiment été très déçue par les dieux, cela reste possible. A voir son apparence, ces manières, on pourrait penser à une noble qui aurait tout perdu d'un coup, famille, titre, argent, terres. Peut-être bien d'ailleurs...
Je range cette idée dans un coin de ma tête. Et retourne m'asseoir sur le lit, une jambe étendue sur le matelas.

- Tu n'as pas l'air de porter les Dieux dans ton cœur, je me trompe ? Quand à moi, disons... que j'ai mes propres croyances. Les Dieux ne m'intéressent pas pour l'instant, j'ai des choses plus importantes à faire avant.


Pour n'importe qui d'autre, ces phrases auraient été terriblement choquantes, mais je suis maintenant certain que la vision qu'à cette femme du panthéon est suffisamment mauvaise, quelle qu'en soit la raison, pour pouvoir en dire ce que je veux. Elle ne prend d'ailleurs même pas la peine d'en paraître offusquée.   
Revenir en haut Aller en bas
http://shinokoshin.forumactif.org
Eldrid Ildenbarn

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 08/05/2015
Localisation : Muspellheim

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Mer 5 Aoû - 3:43

Ce village est tranquille et agréable à vivre. Je pense que… je pourrai m’y plaire. Si seulement il n’y avait pas cette odeur oppressante qui semble remonter des égouts les plus sombres. Mais les gens sont accueillants et ne semblent pas s’intéresser à où je viens. Enfin… ça doit avoir un rapport avec le fait que je fais partie des rares inconnus qui passent par cette petite bourgade. Même ce bruit assourdissant que fait le tambourin de la paroisse, ainsi que la face de ce charlatan me semblent agréable à côté de ce que j’ai vécu jusqu’ici. Du calme… Enfin, depuis si longtemps que je recherchais cela. Dans ce cadre, je suis tiraillée entre deux envies alors que mes soucis semblent s’éloigner dans mon esprit : profiter de cette paix éphémère pour me reposer ; ou bien simplement jouir un instant d’une vie paisible. Un léger soupir passe mes lèvres à la pensée que je n’aurai certainement pas une chance telle que celle si avant plusieurs siècles encore. Je ne peux pas rester ainsi à fuir, encore et toujours… Je dois prendre ma destinée en main et retrouver ce qui m’est cher.
Cette réponse… Non, j’en suis sûre. Il cache quelque chose, il n’est pas qu’un simple spectateur. Mais qui est-il vraiment ? D’où vient-il et que fait-il vraiment ? Ces questions vadrouillent désespérément dans mon esprit, m’empêchant de me concentrer sur d’autres pensées plus joyeuses. Mais je ne peux me laisser aller à poser de telles questions, par pour l’instant. Attendons. Attendons et observons. Tôt ou tard, j’aurai des réponses, aussi indirectes soient-elles.
Après lui avoir donné mon nom, sa révérence me laisse stoïque. Le fait qu’il n’ait pas réagit à mon nom avait ôté de mon esprit le doute qu’il puisse venir de Dystanor… Et pourtant, il a vite compris d’où j’avais pu venir et qui j’avais pu être. Cette courbette… Dans mes yeux brillent l’espace d’un instant une lointaine lueur chaleureuse, alors que je me décide à jouer le jeu et répondre à sa courbette comme on me l’a appris. M’appeler damoiselle et pourtant me tutoyer… il n’a pas souvent pratiqué ces rituels. Peut-être avons-nous un passé quelque peu semblable, qui sait.
 
- Messire, vous ne cessez de me surprendre. Tout le plaisir fut pour moi et j’espère ne pas vous avoir offusqué alors que je vous ai confondu avec un simple animal… bleuté.
 
Ah, Einar, mon frère… Que penserais-tu de moi qui décide de m’amuser avec un parfait inconnu alors que ma vie est toujours en danger ? Bien rapidement, tout éclat d’amusement fuit mes pupilles. Je passe une main sur mon visage avec un soupir, soulevant ma frange vers l’arrière alors que mon œil d’or se fait enfin visible. Cela fait du bien de relâcher un instant la pression… Mais j’espère que je ne le regretterai pas dans les jours à venir.
Observant un instant mon compagnon, je laisse ma mèche retomber au niveau de ma cicatrice, puis me retourne face à la fenêtre. Les Dieux… Que nous ont-ils bien apporté si ce n’est guerres et désespoir ? Pourquoi perdre son temps à offrir des prières à ces ignobles mythes ? Humains stupides… ouvrez vos yeux et sortez de ce conte pour affronter la vie telle qu’elle est véritablement.
 
- Ils n’ont jamais rien fait pour mériter une place dans mon cœur, bien au contraire. Explique-moi donc ce que tu as contre eux, toi, revenant vers le lit je croise les bras en m’arrêtant face à lui. Et que dirais-tu de me guider jusque la rivière la plus proche ? Je suis sûre que tu sais où il y en a une, et cela te permettrait « d’observer » d’un autre point ce village ainsi que cette atmosphère qui y règne.
 
De l’eau... J’en rêve depuis un moment, cela me ferait tant de bien de plonger mon corps souillé dans l’eau fraiche. Mais je n’ai pas non plus envie de me perdre… alors autant demander un guide aux sens aiguisés semblables à ceux des animaux de me servir d'escorte. De plus, cela pourrait me permettre d'en apprendre plus sur cet homme. Faisons d'une pierre deux coups, et peut-être sur l'eau la pierre ricochera-t-elle jusque une destination inattendue.
Revenir en haut Aller en bas
Mangetsu
Admin
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 132
Localisation : Tout en haut de sa tour de mage, en train de préparer un sortilège d'oubli global

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Mer 12 Aoû - 20:31

Mes pitreries ont l'effet escompté et, tandis qu'un sourire fend joyeusement son visage, je crois discerner dans ses yeux une pointe de nostalgie, très vite confirmée par sa réponse selon les normes de bienséance de la noblesse. Je suis découvert semble-t-il, du moins en partie, mais elle, qui est-elle ? Je ne me suis pas posé plus de questions que cela au début.
Mais son élégante courbette, ainsi que le phrasé... Avec son équipement, cela ne laisse plus aucun doute, il s'agit forcément d'une noble. La question revient : que fait-elle ici, si loin de chez elle ? Eldrid, cette femme cache quelque-chose d'important, sinon elle ne serait pas là, à se couvrir de poussière, et se cacher alors qu'elle pourrait être chez elle dans un confort absolu. Je dois découvrir qui elle est, ou ce qu'elle est... pour satisfaire ma curiosité la plus primaire. Mais avant tout, ce langage m'insupportant, je me dois d'y mettre fin :

- Que nenni très chère. J'eus à subir bien pires outrages que celui-ci. Mais je vous en pris, reprenons là où cette parenthèse nous laissa.

Ce faisant, la-dite très chère, s'étire et passe la main dans ses cheveux, dévoilant un œil dorée, la démarquant définitivement de l'espèce humaine. Seuls les métamorphes, les anges et quelques démons possèdent cette caractéristique, et en plus le fait qu'un seul œil soit ainsi pose l'hypothèse d'un croisement. Pas que cela soit rare en Dystanor, mais le champ des possibles se restreint considérablement si l'on prends en compte l'origine noble.
Ah je réfléchis trop. Je vais finir par m'embrouiller. D'ailleurs, je suis coupé au milieu de mes réflexions quand la mèche retombe, camouflant de nouveau cet œil, sa propriétaire se tournant vers le fenêtre. 
Décidément, elle a vraiment une dent contre les habitants d'en haut...

-Je te l'ai dis. Actuellement, je n'ai rien contre eux, je les ignore, c'est tout. Il ne me sont d'aucun intérêt.

Puis me faisant face effrontément, elle me donne un occasion de rembourser un peu ma dette "morale", et de sortir un peu, bien que rester ici ne m'aurait dérangé en rien, loin de là.
Je connais heureusement un bosquet non-loin, à l'abris des regards, qui préservera, si elle en a, sa pudeur, et moi, mon anonymat.
Je passe moi aussi la main sur mon visage, mais pour une toute autre raison. Le sermon se terminant, les villageois ne tarderons pas à se réapproprier le village, ne laissant pas de place à la discrétion, surtout à cette heure de la journée, où l'activité est très intense.

"-Sans problème, de toute façon, je te dois bien ça, je suppose. Retrouve moi à la porte Est du village, je t'y attendrais." D'un geste, je lui indique qu'il faut remonter la grande rue transversale à la rue principale qui nous fait face.


Pendant que la magie opère, mon Yukata, posé sur mes épaules, je remonte le bas à l'intérieur du haut, utilisant la ceinture pour faire tenir le tout en une forme de chemise bleu un peu déformée, dévoilant un pantalon de cuir noir souple, Je pourrai me faire passer pour un chasseur de passage si jamais j'attire trop l'attention. Puis je passe par la fenêtre, sautant de toit en toit et reprenant pied sur le plancher des vaches à mis chemin de la sortie du village. Apparemment, tout le monde est affairé et ne se soucie pas vraiment d'un inconnu à l'allure quelconque. Un bon point pour moi. Marchant à bon train pour suivre le rythme du village, j'arrive rapidement à destination et part m’asseoir sous un arbre, légèrement dissimulé par les herbes hautes sur le bord du chemin.  
Revenir en haut Aller en bas
http://shinokoshin.forumactif.org
Eldrid Ildenbarn

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 08/05/2015
Localisation : Muspellheim

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Mer 26 Aoû - 11:48

Un instant, le regard de mon « invité » se fait plus sérieux. Aurai-je attisé sa curiosité ? Possiblement. En tous cas, le jeune renard semble plutôt mal à l’aise avec cette façon de parler. De mauvais souvenirs peut-être ? Ce qui est sûr c’est qu’il ne fait pas partie de la classe dite « aisée ». Qu’il vienne de Shin ou non, cet homme a un jour été un noble. Pourtant, vu son accoutrement on aurait bien du mal à y croire… Intéressant… Peut-être, s’il vient de Dystanor, l’ai-je croisé un jour à une réception. Mais s’il est de là-bas, j’ai plutôt intérêt à rester sur mes gardes… Le souvenir de ma famille pourrait se rappeler à sa mémoire à n’importe quel moment et je ne peux pas me permettre de lui laisser une ouverture.
Sa réaction lorsque nous discutons des divinités ne laisse place qu’à deux possibilités. Il est plutôt distant par rapport à cela, et complètement passif. Si un Dieu pouvait se présenter à lui dans la seconde, je suis sûre qu’il ne ferait aucune distinction avec un être tout à fait normal. Il semble se moquer royalement de qui ils sont et de ce qu’ils font. Soit : il vient d’une région du monde où les Dieux ne sont pas vénérés, soit il a quitté son village bien trop tôt pour leur attacher de l’importance. Dans les deux cas, cela l’éloigne de Shin… Non, j’ai de plus en plus de mal à croire qu’il puisse être de ce monde si simple.
Il semble assez disposé à m’apporter son aide, c’est agréable. Pendant un instant j’ai cru que j’aurai dû demander de l’aide à l’aubergiste… Non qu’il soit désagréable, mais sa présence ne m’est guère appréciable. J’acquiesce avec un léger sourire alors que mon camarade bleuté me désigne la route, puis je l’observe s’éloigner discrètement. Définitivement… Il n’est pas de Shin. Il serait donc de Dystanor, mais d’où ? Cette aura froide qu’il dégage ne m’aide pas beaucoup à le distinguer des autres… J’imagine que je n’ai pas assez grandi là-bas pour réussir à distinguer chaque race comme je devrai le faire.
Alors que le village reprend doucement vie, je rattache ma cape à mes épaulettes avant de reposer ma capuche de façon à ce qu’elle camoufle mon visage. Sortant de la chambre, je referme convenablement la porte derrière moi puis me dirige vers la sortie, profitant de l’absence momentanée de l’aubergiste. M’arrêtant dans l’entrée, j’inspire à plein poumon l’air frais de ce début de journée. Le soleil est encore caché derrière les nuages, ne laissant passer que quelques maigres rayons solaires. Ce temps est parfait. Ah, ce que j’aimerai pouvoir dégourdir mes ailes à travers ce ciel… Cela fait si longtemps que je n’ai pas volé, je me demande même si j’en suis encore capable… Traversant le petit village, je passe outre les regards curieux des villageois. Ils ne doivent vraiment pas avoir beaucoup de voyageurs vu le nombre de marchands qui tente de m’amadouer avec quelques prix sur des articles qui « plaisent à la gente féminine »… Malgré tout, je jette un rapide coup d’œil aux œuvres de leur forgeron, mais je ne vois rien qui sorte de l’ordinaire. Quoi qu’il en soit, mon attirail me va très bien tel qu’il est. Je n’ai aucune raison de le changer pour l’instant.
Arrivant enfin à la porte Est que Mangetsu m’a indiqué, je me dirige vers un arbre où je crois apercevoir une touffe de cheveux bleutés. Ralentissant mon rythme alors que je suis sûre de ne pas m’être trompée, je m’arrête face à lui, retirant ma capuche avant de croiser mes bras sous ma cape. Je jette un regard aux alentours, puis de nouveau sur lui.
 

                - Alors ? De quel côté est-ce que tu me guides ?
 

Souriant légèrement à mon guide d’infortune, je le laisse me guider à travers ce lieu que je ne connais nullement. Il est déjà venu ici, il est bien trop à l’aise entouré de ce village et de ces arbres… Enfin, je ne vais pas m’en plaindre. Bien au contraire, il m’évite une très probable perte de temps à chercher un peu partout. Trouvant l’atmosphère un peu lourde, je décide de briser le silence qui s’est installé de lui-même.
 

                - Dis-moi, Mangetsu, d’où viens-tu précisément ? Tu n’es pas de Shin, je me trompe ?
Revenir en haut Aller en bas
Mangetsu
Admin
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 132
Localisation : Tout en haut de sa tour de mage, en train de préparer un sortilège d'oubli global

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Mer 9 Sep - 20:43

Le soleil est encore agréable au point du jour, l'air frais commence à se réchauffer et le vent est doux. Une bonne dizaine de minutes s'écoulent au milieu des hautes herbes doucement agitées avant que la demoiselle ne pointe sa tête à l'extérieur du village. Après un rapide tour d'horizon, elle se dirige directement dans ma direction. Elle reste debout et attend que je me lève pour lui montrer le chemins, ce que je fais sans attendre. Encore une fois, les souvenirs me reviennent au fur et à mesure que nous avançons, me permettant de m'orienter sans soucis. Je nous guide petit à petit à travers les sous-bois sans que celle qui me suit n’émette de réserves quand au chemin suivi, à la place, elle tourne sa curiosité vers mes origines, ce qui ne m'étonne guère.


- En fait si, je viens d'un petit village dans les montagnes si tu veux tout savoir. Tu ne dois pas connaître. Elles sont loin d'ici. J'ai beaucoup voyagé. Mais pour qui me prends-tu pour poser de telles questions, tu me prends pour un ange, ou un démon ?


Ce faisant, notre cheminement nous mènent le long d'un petit sentier forestier. J'écarte un petit tronc qui barre le passage et laisse passer la demoiselle, en temps normal, je n'y aurais même pas prêté attention car mon autre forme, plus petite aurait aisément pus passer au dessous, si je l'avais ne serait-ce que remarqué à cinquante centimètres au dessus de mon museau.
Bon, en attendant, je suis à taille humaine et surtout, je sers de guide alors je ferai avec.
Au moins, je suis sûr d'avoir fait mon petit effet avec cette dernière question où pouvait sonner comme une pique d'indignation, ce qui devrait fausser, au moins en partie, ses spéculations. Mais il serait temps de contre-attaquer, afin d'en savoir un peu plus sur elle puisqu'elle a abordé la question la première…


- D'ailleurs, poser ce genre de question implique certaines choses… De quel Monde viens-tu ?
Et qu'es-tu, si je puis me permettre ?


Voilà une affaire bien amenée, quoi qu'elle réponde cela pourra me servir plus tard.


Tout en discutant, nous arrivons à l'orée d'une clairière, simple trouée dans le forêt où le feuillage laisse passer la lumière du soleil, pas encore assez haut pour atteindre l'herbe encore humide de rosée. En son centre trône une souche d'un arbre que je ne connais pas, au bois cuivré et à l'essence ferrugineuse, presque comme l'odeur du sang. Je ne suis jamais parvenu à déterminer le sens de l'existence de cette clairière, ni de la position et de la nature de cette souche. Elle devais sûrement servir pour quelques rituels ancestraux, jadis. Mais ce que je m'explique pas c'est que la forêt pourtant vive dans cette région n'est pas repris ses droits sur un si petit coin en son cœur.
Revenir en haut Aller en bas
http://shinokoshin.forumactif.org
Eldrid Ildenbarn

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 08/05/2015
Localisation : Muspellheim

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Mar 22 Sep - 5:32

Le chemin est agréablement sombre, cachant suffisamment les rayons solaires pour qu’il fasse bon et que l’on voit devant nous. Sur ce petit chemin, je n’aperçois que peu d’autres animaux poilus, malheureusement pour moi. J’ai vraiment un petit faible pour les bestioles mignonnes que l’on peut prendre dans ses bras, il va falloir que je rectifie cela ou je pourrai le regretter amèrement.
À la réponse de mon guide, je fronce subitement les sourcils. J’ai bien du mal à croire à cette réponse, il est impossible qu’un être avec une telle aura soit de ce monde. Enfin… Je ne suis peut-être pas la plus à même de découvrir les origines de ceux qui m’entourent mais il ne faut pas non plus me prendre pour une idiote. Son aura, je l’ai perçue dès que l’on s’est rencontré. Mais encore, j’aurai pu faire comme si de rien n’était s’il ne m’avait pas attaquée de la sorte avec cette réplique. Cette fois-ci, je m’arrête de le suivre et le regardes simplement, comme perdue, désarmée. Partagée entre mon instinct et ma raison, je mets un moment à remarquer que nous sommes arrêtés au milieu d’une clairière –des plus charmantes- et que mon guide pose sur moi un regard des plus curieux. Je ferme les yeux, respirant un instant profondément cette odeur particulière, et qui pourtant m’est familière. M’écartant de ma pensée première, je secoue la tête puis repose sur cet homme un regard plus décidé qu’il y a un instant. Certes, je ne sais pas quoi lui répondre par rapport à sa dernière question, mais je n’ai pas à avoir de doute quant à sa nature : mon instinct ne m’a jamais trompé.
 
                - Tu viens de Dystanor, j’en mettrai ma main au feu.
 
Ce n’est pas un pari bien risqué étant donné que le feu ne peut rien face à moi. Il abîmerait momentanément cette enveloppe, mais il ne me faudrait pas longtemps pour en faire disparaître toutes les traces.
Hésitant, le silence s’installe quelques minutes alors que je ne sais quoi lui répondre. Dois-je me cacher ou confesser qui je suis ? Mentir l’obligerait à prendre une position plus défensive et c’est à ce moment qu’il risquerait de vendre ma tête sans s’en rendre compte. Mais si je lui dis qui je suis et qu’il a entendu parler de la prime liée à mon arrestation, qui sait combien de temps je pourrai encore fuir. Pinçant l’arrête de mon nez, je referme les yeux, respirant profondément avant de me décider. Je relâche mon bras, me détendant alors comme plus tôt j’effectue une légère révérence.
 
                - Je n’ai pas été très honnête, et je m’en excuse. Je me nomme Eldrid, Eldrid Ildenbarn. Fille d’Eivind Ildenban et de Valborg Dualand. Je viens de Dystanor et je suis la dernière descendante mais aussi la plus jeune héritière de la grande famille des Ildenbarn, souverains de chaque démon dragon existant.
 

Me redressant, je garde une attitude quelque peu décontractée alors que je perce celui qui me fait fasse d’un regard déterminé. Il est hors de question que je m’arrête ici. Si nous devons croiser le fer, alors que cela se fasse. Il serait dommage de souiller un si bel endroit de sang démoniaque, mais ce n’est que peu de terres par rapport à ce qui pourrait être ravagé si j’avais à affronter une troupe de soldats…
Revenir en haut Aller en bas
Mangetsu
Admin
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 132
Localisation : Tout en haut de sa tour de mage, en train de préparer un sortilège d'oubli global

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Ven 9 Oct - 22:52

Mentir ? Pour quoi faire ? Je n’ai pas vraiment de raison de mentir tant que je n’en dit pas trop. Je pourrais me considérer comme percé à jour, et me contenter de l’avouer, mais ce n’est pas tout-à-fait vrai. Si on le prend au sens littéral, c’est même complètement faux…
Mais, par là, il est indéniable qu’elle me désigne en tant que démon.
Mon aura, un peu expansive comme la plupart, a sûrement dut échapper en partie à mon contrôle. C’est un peu comme imaginer une jeune noble tentant de ranger une dizaine de ses robes dans une malle trop petite : il en déborde de partout et à chaque fois qu’on tasse d’un côté, il en ressort de l’autre. Pas facile.

Cela étant, je ne sais vraiment quelle attitude prendre en face d’une personnalité aussi fermée que la sienne. Cette fille se méfie de tout le monde -à raison- mais ça rend une discussion plus complexe car cela donne l’impression de marché dans un champ empli de mines. On ne sait pas comment ce que l’on dit sera interprété…

Mais il semblerait qu’elle cède enfin un peu de terrain et daigne révéler son identité, qui ne manque pas de me surprendre, je m’attendais à une noble, mais là… Mes parents et les gens du village m’avais enseigné de nombreuses choses, et parmi celles-ci, le fonctionnement du système de caste et les différences entre les démons. Si les dragons de Shin ne sont que des bêtes sauvages, assez puissantes, ceux de Dystanor font parti des créatures les plus impressionnantes qu’on puisse y rencontrer.

- L’ultime descendante des Ildenbarn, hein ? Les plus puissants des dragons. Ce n’est pas les manières d’une aussi noble lignée que de se cacher de la sorte. Mais je dois donc vous re-confirmer mon respect, Princesse.

Je m’incline de nouveau, laissant ce dernier mot siffler sur ma langue peut être plus que nécessaire.

- Qu’a-t-il donc pus vous arriver pour vous réduire à l’état de fuyarde ? Un coup d’état ?

Rien que l’idée que cela pourrait arriver même chez d’aussi noble être -enfin, c’est ce qu’on dit- me tire un demi-sourire.

- Enfin, j’imagine que ça n’est pas mes affaires. De plus, ce mensonge n’est pas digne d’une personne d’un tel rang. En revanche, au risque de vous décevoir, j’espère que ta peau de dragon ne craint pas les flammes, car je n’ai dit que la vérité concernant mon origine. Je viens du village que les hommes ont nommé Korkass, loin à l’est, au cœur des montagnes.

Non, je ne prends même pas la peine de paraître un tant soit peu surpris par se révélation.
Ce faisant, je relâche légèrement mon emprise sur mon aura et la laisse se rependre aux alentours. Il ne s’agit pas vraiment d’une menace, plutôt d’une mise en garde pour lui prouver que je ne bluff pas. De toute façon, elle est déjà sur de ma nature, alors à quoi bon ne pas en profiter un peu .

- Tu as dit être poursuivie. Si je t’avais voulu du mal, je n’aurais pas eu besoin d’attendre. Et encore, essayé d’envoyer des soldats. Mais je n’ai aucun intérêt là-dedans. Je te l’ai dis, je suis venu dans ce village pour observer. Tu peux me voir comme ce que je suis : un vagabond. Un peu spécial, je dois l’avouer, mais je ne te veux pas de mal. Maintenant, princesse, je vais finir de vous mener à la rivière qui coule un peu plus loin.

D’un élégant mouvement de la main, je lui indique le chemin à suivre et attends qu’elle réagisse à ce déchaînement de véhémence.
Revenir en haut Aller en bas
http://shinokoshin.forumactif.org
Eldrid Ildenbarn

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 08/05/2015
Localisation : Muspellheim

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Dim 11 Oct - 0:00

J’observe cet étranger qui nie ses origines Dystanoriennes. Il ne semble pas du tout être au courant de ce qu’il s’est passé parmi les miens… Est-ce possible ? Serait-il en train de feindre ? Je n’en ai pas l’impression… Mais comment ? Je ne comprends pas… Ce massacre a pourtant eut des répercussions intra-mondiales dans de nombreux domaines ! Peut-être a-t-il dit vrai alors… Mais cela me semble tout de même étrange. Il n’est pas… « normal », pas comme tous ces paysans et villageois lambda que l’on croise chaque jour. Il a quelque chose de plus, cette aura fraîche qui l’entoure. Au moins il a un minimum de connaissance sur le sujet, mais… qu’il ne soit pas au courant de cette… abomination, m’étonne au plus haut point.
Choquée par ce fait, je ne réagis pas tout de suite à ses remarques et le laisse donc continuer sans y faire vraiment attention. Mes pensées s’arrêtent un instant sur ses lèvres qui s’étirent en un demi-sourire qu’il ne prend même pas la peine de cacher. Serait-il amusé par cet événement ? Ce massacre qui a ravagé tant des miens, non pas que ma famille ? Et pourtant je n’y prête guère attention… Ce sont ses mots qui me ramènent à la réalité, avec un petit sourire de mon côté cette fois-ci.
 
- Cela fait bien longtemps que nul ne m’appela de la sorte. Quelque peu nostalgique, je marque un temps d’arrêt avant de reprendre la parole. Serais-je découverte ? Effectivement, les flammes ne peuvent rien me faire. Du moins : rien d’irrémédiable. Mais tu es bien étrange pour un habitant de Shin.
 
Il sait de quoi je veux parler : son aura, sa présence, sa métamorphose… De ce que j’en sais, les habitants de Shin en sont tout bonnement incapables… À la fin de cet échange, l’air se refroidit brutalement et pourtant le ciel n’a pas changé. Sentir l’air aussi froid contre ma peau brûlante est loin d’être désagréable, bien au contraire d’ailleurs. Il se relâche, enfin. Je comprends bien vite sa mise en garde, mais loin de moi l’idée de croiser le faire avec un être qui ne me veut aucun mal.
 
- Tu devrais te relâcher plus souvent, il n’est pas bon de garder en soi trop de puissance. J’apprécie ta franchise. Il est agréable de pouvoir enfin échanger avec quelqu’un sans avoir à se cacher. La rapidité avec laquelle tu passes du tutoiement au vouvoiement est impressionnante, jeune vagabond de glace.
 
Souriant légèrement, je lui emboîte le pas. Je tente comme je peux de me changer les idées, mais le fait que mon guide soit aussi ignorant de ce qu’il s’est passé me chagrine malgré moi.
 
- Pour en revenir à mes origines, ce qu’il s’est passé est loin d’être un secret. Ce n’était pas entièrement un coup d’état… Enfin si, mais… je pousse un long soupir alors que je passe une main dans ma crinière ébène. Ce n’était pas mon père qui était visé, ni mon frère. C’était moi. Même ma mère aurait pu vivre si j’avais trépassé… serrant la mâchoire, j’inspire profondément avant de reprendre. Tu ne sembles pas entièrement ignorant sur le sujet, mais il me semble qu’il te manque quelques éléments… importants. Les miens sont dirigés par une unique famille : les Ildenbarn, les dragons d’or. Bons, loyaux et surtout justes ils ont toujours faits de bons dirigeants, offrant à notre race leurs plus beaux siècles. Selon la coutume, l’héritier des Ildenbarn se doit de trouver une compagne de la même « couleur » que lui. Bien évidemment, cela ne leur est pas imposé et certains décident de suivre leur cœur. Personne ne dira rien, si la compagne est Hvite, Grønne etc… mais si c’est une Svart, un dragon noir, alors tout change. Et c’est ce qu’il s’est passé. Mon frère fut accepté, il est né Gylden, mais ce ne fut pas mon cas… Je suis une Svart, et il était donc impossible pour moi de prétendre au nom des Ildenbarns. Mais mes parents ne l’ont pas entendu de cette manière… ils auraient pu se séparer, m’éloigner et continuer à se fréquenter… Mais ils voulaient que nous restions une famille unie. Voilà où cela a mené… Eux sont morts, comme beaucoup de nôtres, certains se sentent perdus, mon frère est mort ou enfermé quelque part dans ce monde, et moi je suis là à fuir sans espoir d’un lendemain meilleur. En fuyant, je ne fais que respecter leur dernière volonté : je vie. Je n’ai aucun but, alors j’avance au hasard en évitant les gardes ou chasseurs de primes.
 

Oh oui, parfois je hais mes parents pour avoir pris cette décision. Pour avoir combattu pour moi… Ils auraient pu m’exiler, me tuer… Ils auraient pu tout faire, mais ils choisi la pire des solutions : pour eux, pour tous, pour nous… Perdue dans mes pensées, je continue d’avancer sans même remarquer que mon guide s’est arrêté. Sans vraiment y faire attention, je lui rentre dedans, ce qui m’oblige à m’arrêter net. Murmurant une légère excuse, je fais un pas en arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Mangetsu
Admin
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 132
Localisation : Tout en haut de sa tour de mage, en train de préparer un sortilège d'oubli global

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Jeu 15 Oct - 21:37

« Un habitant de Shin », c’est pourtant vrai. C’est ici que j’ai vu le jour, dans ce monde triste et laid, où rien ne dur vraiment et où tout le monde se ressemble. La plupart des humains ont peur de ce qui est plus fort qu’eux, de ce qui peut les tuer, de ce qu’ils ne comprennent pas. Leur principale force est d’unir leurs nombreuses volontés en une grande force lorsqu’ils sont en danger de mort.
Et c’est d’ailleurs pour cela que je ne peux non-plus me relâcher tel que je le souhaiterai. Je laisserai une trace très visible de mon passage, comme on peut le voir ici, alors que les feuilles se couvrent de givre et que les herbes se font cassantes en jaunissant. Or je ne compte pas de suite que mon existence soit référencée où que ce soit. Et encore moins chez de quelconque chasseurs de primes. Car bien souvent, même une personne lambda pratiquant la magie, dans certains pays, est, si ce n’est agressée, mal vu et peut vite se retrouver au bout de la lame d’un tueur à gage. Non, je profite simplement du moment. Car ceux-ci se font rares puisque je navigue dans la société humaine souvent.

Nous marchons à rythme des paroles de la jeune femme qui me livre sa vie sur un plateau, avec bien plus de détails que j’aurais pu en espérer.  Son histoire est sombre, triste, et je comprends alors pourquoi elle est si farouche à ce propos. Mais mon petit coup d’éclat a tout de même fait son effet. « Libérer un poisson pour appâter tout le banc », c’est ce que j’ai fait. En lui concédant une part de effectif, et directement vérifiable, de la vérité me concernant, elle a été suffisamment mise en confiance pour me dévoiler sa vie.

Une princesse déchue, qui l’eut cru ? Malgré ses vêtements de haute qualité, il est difficile de penser qu’il vienne d’une très grande famille. Et quelle famille... Sans ce désastre dans sa jeunesse, elle aurait pu devenir la souveraine de près d’un tiers de la population de Dystanor. Mais encore eu-t-il fallut qu’elle soit ensuite acceptée par ses pairs, ses sujets. Ce qui aurait aussi bien pu se transformer en bain de sang  à ce moment-là. Tout ça à cause d’un amour dirigé vers la mauvaise personne. C’est bête quand on y pense. Qui penserai que ce genre intrigues romantiques, normalement destinées aux humains, aient pu causer un tel carnage parmi les démons ?
Bon, au moins elle n’est tombée que sur moi, qui ne suis pas dangereux, du moins, pour ceux qui ne me menacent pas. D’ailleurs, je pense que je peux peut-être lui en révéler un peu plus aussi. De par sa position et sa famille, elle a le droit de savoir, et cela ne m’en couterait pas beaucoup, surtout avec une dragonne, normalement. En effet, les dragons ont tendance à agir d’eux même plutôt que d’employer des tiers pour quoi que ce soit, ou pire, impliquer d’autre personne dans quelque-chose qui ne les regardent pas. Donc cela devrait aller.

Je m’arrête donc, de toute façon, la sortie sur la berge est à quelques mètres seulement, peut-être un peu trop brutalement d’ailleurs, car celle que je guide me rentre dedans. Soufflant une excuse timide, elle relève le regard vers mon visage déterminé.

- Je ne t’ai pas menti depuis ce matin. En revanche, je ne t’ai pas non-plus dit toute la vérité, dragonne. Comme tu l’affirmais, je suis un démon, mais je suis bien né à Shin, il y a un certain temps maintenant, au cœur des montagnes.

Je lis l’interrogation dans son regard.

- Pour tout te dire, ma mère était une dame des neiges, comme tu dois t’en douter. Elle avait coutume d’être appelée Vress, la Reine éternelle… C’est pour ça que je connais aussi bien toutes ces coutumes.

Lui laisse un certain temps pour digérer l’information puis poursuit.

- Tu n’as pas besoin d’en savoir plus. Mais ton histoire est intéressante. Et je ne comprends pas comment des dragons, pourtant réputés si sages, s’en sont retrouvés là. Sais-tu qui commande Dystanor maintenant ? Quelles personnes règnent dominent le restes des démons ?

Je peux percevoir les bruits du cours d’eau dans mon dos. Je sais l’eau assez fraîche. Peut-être que cela finira-t-il de la mettre en confiance. En effet, il existe deux type de personnes, ceux qui fuiraient le froid, et ceux qui savent au moins l’apprécier. Et celle qui se tient devant moi, n’a pas l’air d’être dérangée, concernant la température ambiante. Je devrais d’ailleurs pensé à reflouer mon aura maintenant, mais je suis tellement à l’aise…
Revenir en haut Aller en bas
http://shinokoshin.forumactif.org
Eldrid Ildenbarn

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 08/05/2015
Localisation : Muspellheim

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Mar 12 Jan - 18:55

Habituellement, j’évite de réfléchir à mon passé. C’était il y a plus de cent ans et pourtant celui-ci continue à me faire souffrir… Il est dit que le temps est capable de guérir les blessures les plus profondes, hey bien j’ai bien l’impression que ceci n’est qu’une fable que l’on raconte aux plus jeunes pour les rassurer. Mon passé est ma plus grande faiblesse. Lorsque je m’y replonge, j’ai du mal à m’en sortir et ce qui m’entoure me semble bien trop distant pour m’atteindre. C’est d’ailleurs à cause de cela la dernière fois que mon frère a dû se sacrifier pour moi. Mon frère… Est-il toujours en vie ? A-t-il put s’en tirer ou est-il toujours aux prises avec ces insouciants humains, qui se mêlent de ce qui n’est pas à leur niveau ? C’est une question que je sasse et ressasse encore et toujours… Peut-être devrai-je me mettre vraiment à sa recherche, ce que j’aurai dû faire il y a déjà un bon moment. Pourquoi ne m’y suis-je d’ailleurs toujours pas mis ? Peut-être ai-je peur de découvrir que je suis la dernière de ma lignée, ou peut-être que je crains de gaspiller le sacrifice de ce à qui je dois la vie…
Tentant de me sortir certaines idées un peu trop noires, même pour un dragon Svart, je me concentre sur les paroles de mon guide. Un léger sourire étire mes lèvres alors qu’il affirme ENFIN être un démon. Je le savais ! Et il savait très bien de quoi je parlais ! Sale cachottier… Il s’est joué de moi depuis le départ et il semble s’en moquer à un point inimaginable. Mais après ce qu’il vient de me dire, il est hors de question que je le laisse s’en tirer. Je veux en savoir plus, même si la curiosité est un vilain défaut qui je sais m’amènera à ma perte… Mais pour l’instant, je peux enfin souffler, respirer et me laisser aller. Alors j’attends la suite de son histoire, espérant un maximum de détails. Malheureusement, il refuse de m’en dire trop. C’est bien dommage… Mais « Vress, la Reine éternelle »… ce nom ne m’est pas inconnu. Je tente de me creuser la tête, mais impossible de me souvenir d’où je connais ce nom.
 
                - Tu es bien avare en détails.
 
Et pourtant, je comprends sa méfiance.
La suite de ses mots me laisse un instant sans voix. Qui commande ? C’est vrai… Jamais depuis mon exile je ne me suis posé la question… Qui est aux commandes ? Qu’est devenu mon royaume ? J’aurai peut-être dû me poser la question plus tôt… Peut-être… je dis bien peut-être… que cela pourrait être une idée de se renseigner.
 
                - Je t’avouerai n’être au courant de rien concernant Dystanor depuis plus d’un siècle humain. J’aurai dû me poser cette question plus tôt, mais le temps n’y était pas propice.
 
Entendant le bruit du court d’eau assez proche de nous, je dépasse mon guide pour arriver enfin à destination. Le coin est assez joli, plus que l’on pourrait demander à une aire occupée par des humains. L’eau claire semble fraîche, bien moins que l’aura du jeune démon qui m’accompagne mais certainement tout aussi agréable. Toujours de dos à mon guide, je retire pièce par pièce le métal qui couvre mon corps, le posant délicatement au bord de l’eau. Je ne suis pas du genre à me gêner car je suis accompagnée, de plus sa présence est bien loin de me déranger. Après, si c’est lui qui cela dérange il n’a que se retourner. Cela fait si longtemps que je n’ai pas pu profiter d’un tel calme dans un lieu si apaisant… Je serai stupide de ne pas en profiter. De toutes façons, qui serait intéressé par un corps aussi ravagé par des années de combats et de fuites ? Je suis recouverte de cicatrices, certaines moins importantes que d'autres. Et pour ne rien arranger, quelques écailles sombres sont visibles : quelques unes sur ma poitrine, d'autre le long de mes hanches. Ce n'est pas moche, mais toute personne connaissant leur valeur ferait n'importe quoi pour me les arracher et les revendre à quiconque. En plus de cela, c'est excessivement douloureux lorsqu'elles font leur apparition sur mon corps humanoïde... Une fois entièrement dévêtue, je pénètre lentement dans l’eau froide, lâchant même un soupir de bien-être. L'eau est si fraîche, si... apaisante sur mes petites écailles. 
 

                - En ce qui concerne la « non sagesse » de ma race, il faut dire qu’ils se sont toujours montré méfiant vis-à-vis de la famille de ma mère. La lignée des Dualand est bien moins importante que la plus part des autres, mais ils n’en sont pas moins connus. « Ce sont des destructeurs : ils n’apportent que la misère et la guerre ! » disaient les autres… Mais ils n’ont jamais essayé de les comprendre non plus. Ils restent éloignés de tous, par forcément par plaisir, et ne sont appelés que lors de grands combats. Enfin, ça ne les dérange pas plus que cela…
Revenir en haut Aller en bas
Mangetsu
Admin
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 132
Localisation : Tout en haut de sa tour de mage, en train de préparer un sortilège d'oubli global

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Dim 1 Mai - 23:31

Je fixe un instant les écailles parsemant les jolies courbes de la jeune femme, me perdant quelques secondes dans leur sombre éclat irisé. Je me demande si leur retirer est douloureux. Ou ne serait-ce que de les soulever…

Bon, ce n’est pas tout ça, je suis tout de même en train de fixer sans vergogne une femme nue. Si impudique puisse-t-elle être, je ne vais pas continuer à la reluquer indéfiniment. De toute façon, d’autres choses intéressantes se passent peut-être du côté de la forêt. Il est bien rare qu’une démone de ce calibre, se déplaçant librement sur la terre de Shin, ne s’attire aucun ennemi après plusieurs années d’errance. De même qu’une si belle femme ne s’attire des convoitises.  
Même si nous sommes surs de ne pas avoir été remarqué en sortant du village, je préfère ne pas prendre de risque. Pas maintenant, alors que tout est en place.

Laissant encore un peu mon aura libre, j’étends alors ma perception alentour. Je deviens conscient de chaque source de chaleur, de chaque être vivant à proximité, puis plus loin, je dépasse la limite de la clairière… et trouve un être bien plus gros.
Cela tombe bien j’ai faim. EH MERDE, un chasseur !

Gardant mon calme, j’espère qu’il ne nous ait pas encore remarqué.

- Je reviens, j’ai quelque-chose à vérifier.

Oubliant complètement mon aura qui continu de se renforcer, je ne prends pas garde à la température qui chute autour du moi tandis que je m’enfonce dans les broussailles. Sans prendre vraiment la peine de me dissimuler, je me dirige tout droit sur le chasseur qui s’approche de la berge à une petite centaine de mètres de là. Je saute au-dessus d’un ruisseau qui givre aussitôt sans que je n’y fasse plus attention que cela.

Tout en marchant, je réfléchis à ce que je vais faire de ce pauvre homme. Mais bon, j’en avais déjà une petite idée dès le moment où je l’ai remarqué. Avalant les derniers mètres, je me retrouve sur ma cible avant qu’elle-même ne le réalise, surement trop occupée à se demander pourquoi la végétation givre en cette période de l’année.

- C’est ma faute, dis-je et saisissant ce… cette femme par le cou.

Mince, sa stature est bien plus forte que celle des femmes dont j’ai l’habitude, en atteste d’ailleurs celle de la dragonne qui barbotte derrière. Enfin bon, cela ne change pas grand-chose. Je plante mon regard dans les yeux de ma victime qui tente toujours de s’échapper de ma prise. Que ce tas de muscle est lourd.
Il est dommage de gâcher un corps si bien bâti et adapté à la survie mais bon. C’est ce qu’il arrive aux personnes se trouvant au mauvais endroit au mauvais moment.

Si sa force est grande et son physique impressionnant, ce n’est pas le cas de son esprit terrorisé qui succombe vite de la peur au désespoir lorsqu’elle comprend que rien ne viendra la sauver, pas même une des pauvre biches qu’elle devait être partie chasser ce matin…

Sortant une courte lame translucide, je la passe à travers son abdomen en serrant assez fort le cou pour empêcher tout son de sortir de sa bouche. Les convulsions m’informent alors qu’il ne me reste plus beaucoup de temps.
Je me dépêche. J’arrache rapidement le cœur inutile de la cage thoracique et le remplace par un, de glace, de mon cru, avant de refermer le tout à l’aide de fil que je garde toujours sur moi. Puis je cautérise l’immense plaie et contemple mon chef d’œuvre improvisé. J’ai mis un certain temps à confectionner ce cœur alors j’espère qu’il fonctionnera…

Pour l’instant, il vaudrait mieux que je retourne auprès de la demoiselle avant qu’elle ne se perde… si jamais je l’ai trop fait attendre.
Revenir en haut Aller en bas
http://shinokoshin.forumactif.org
Eldrid Ildenbarn

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 08/05/2015
Localisation : Muspellheim

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Sam 27 Aoû - 23:55

Entendant les pas de mon guide s’éloigner, je plonge sous l’eau un moment. Arrêtant de respirer, les yeux clos, je laisse mon corps ensuite remonter à la surface, les yeux rivés sur le ciel. Cela fait tant de bien… Alors que je tente de me changer les idées, les paroles du renardeau résonnent encore dans ma tête. Qui dirige Dystanor… qui s’occupe des miens, maintenant que les Ildenbarn ont été détrônés après des millénaires de règne sur la race des démons dragons ? Il faut que je le découvre. Peut-être cela me donnera-t-il enfin un but dans ma vie d’errance. Et peut-être… que je serai capable de retrouver mon ainé sur ce chemin. Me redressant après une bonne dizaine de minutes, je tourne mon visage vers le jeune renard qui est enfin de retour. Alors qu’il vient s’asseoir en tailleur au bord de l’eau je détourne le regard et fixe un couple d’oiseaux voleter autour du ruisseau.
 
                - Le sang teint ton odeur.
Revenir en haut Aller en bas
Mangetsu
Admin
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 132
Localisation : Tout en haut de sa tour de mage, en train de préparer un sortilège d'oubli global

MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   Sam 12 Nov - 12:32

Pour l’instant, le  sujet donne toujours quelques signes de vie. Je la suivrai de temps à autres dans les jours qui suivent. De toute façon, je sens la présence de ma création, il ne me sera pas difficile de la retrouver.
Mais là, c’est un genre tout nouveau de nymphe sur laquelle je baisse le regard. Son corps au formes harmonieuses, bien que particulièrement toniques, se révèle couvert de cicatrices. C’est la première fois que je prends tout mon temps pour l’observer. 
Ce faisant, je m’assoie au bord de l’eau, le dos contre un arbre. Elle n’attend pas plus longtemps pour me faire remarquer ce que je soupçonnais, elle a senti le sang. 
Pas la peine de se cacher. Mon visage fendu d’un immense sourire, je lui réponds d’un air emprunté, presque repentant :
 
    - J’ai simplement trouvé un nouveau candidat pour une expérience. Je suis un scientifique, tu sais. La pauvre n’a pas souffert longtemps heureusement, je ne suis pas un monstre…

Au moment où les mots traversent mes lèvres, je me rends compte du double sens de ceux-ci. Je pourrai très bien passer pour un simple tueur sadique… Qu’importe ce qu’elle en déduit après tout.
 
Au premier craquement, je sursaute, et remarque avec embarras que la surface de l’eau à littéralement gelé sous le froid ambiant. C’est avec un sourire mi-gêné mi-malicieux que je renfloue enfin mon aura.
Je laisse échapper un simple « Oups. » à l’égard de la jeune femme traçant son chemin à travers la fine couche de glace recouvrant l’étang.
 
Mine de rien, le corps couturé de la dragonne-humaine s’enfonçant dans cette eau à la surface craquelée était un spectacle fort agréable pour les yeux, et non-dénué d’une certaine résonance artistique, entre les balafre de la femme et celle de l’eau...
 
Je pouvais apercevoir un certain nombre de petites taches noires parsemant son corps, qui m’intriguèrent en premier mais en observant mieux je comprends qu’il s’agit d’écailles. Leurs reflets irisés deviennent alors plus frappants même à cette distance. Le contraste avec sa peau pâle est assez agréable aussi, mais elle ne couvrent que si peu de son corps, en dehors de la colonne dans le dos. La question se pose alors de la vie de tous les jours : 
Ces écailles parsemées ne s’accrochent-elles pas partout ?
Est-ce douloureux lorsqu’elles sont soulevées, tirées, coincées, arrachées ?

 
A quoi ressemble un dragon sans écaille ?

Je ris à cette dernière pensée, remontant le cheminement qui m’a permis d’en arriver là… Non, je ne peux décemment pas poser ce genre de questions. Même si la réponse pourrait être amusante.

    - Quelle taille fais-tu en réalité ?
Revenir en haut Aller en bas
http://shinokoshin.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il faut toujours une première fois...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il faut toujours une première fois...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...
» Cherche partenaire pour une première fois ! [En cours]
» « Il faut toujours viser la Lune car, en cas d'échec, on atterrit dans les Étoiles. »
» Parce qu'il faut se détendre des fois... [ LEYIA ]
» C'est toujours la lois du plus fort, il faut se battre jusqu'après la mort..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinokoshin :: Chroniques :: RP...-
Sauter vers: