Shinokoshin
Salutation, et sois le bienvenue sur ce tout jeune forum. Cette mini-fenêtre est la pour te proposer de t'enregistrer pour faire partie de notre fière communauté et pouvoir revenir en temps que membre encore et encore pour nous raconter les histoires de tes stupéfiantes aventures...

Si tu es déjà membre, tu sais que tu n'as pas besoin de lire ce message et que la seule chose stupéfiante est que tu revienne encore pour nous raconter tes ragots bouleversant de non-sens.
Mais connectes-toi donc, on t'attends quand même...

Shinokoshin

Bienvenu dans l'antre des démons, où seuls le chaos, la luxure et la mort sont maîtres de toute chose...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Élucubrations d'une nuit sans lune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mangetsu
Admin
avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 132
Localisation : Tout en haut de sa tour de mage, en train de préparer un sortilège d'oubli global

MessageSujet: Élucubrations d'une nuit sans lune   Sam 3 Déc - 3:30

Vengeance ! 

Mon corps et mon âme hurlaient en cœur, en écho aux cris de mes compagnons. Vengeance !
Lors j'étais en quête au loin, ils avaient forcé les portes de notre sanctuaire, de notre maison et y avait abattu notre doyen, notre guide. Vengeance !
J'avais senti la colère en moi, celle de la bête, la perte du patriarche, la violation du territoire. Ils allaient payer cet affront et mon seul prix serait celui du sang.


Alors j'ai lâché la bête. Leur piste m'a mené dans leur tanière, où en bon rats, ils se réfugiaient.
A l’intérieur, je sens leur odeur, l'odeur du cuir, du métal, de la sueur et du sang. 
En moi, je sens la rage, la colère, l’excitation et la faim. Une faim dévorante que seul le sang pourra apaiser, leur sang. Mes pas les inquiètent, mes hurlements les terrifient, les griffes les tailladent et mes crocs, ma gueule, les broient. J'ouvre l'armure et la cage thoracique de celui-là comme on déchire un sac de toile, puis en dévore le cœur. 


J'enfile les couloirs, balayant obstacle, courage et vie sur mon passage. Derrière moi, j'entends toujours le compagnon de meute, humain, achever les rares survivants. Son armure le gêne mais il a peur de leurs armes.
Ces armes blanches et acérées. L'argent. J'esquive aisément les coups les plus lourds mais les petites entailles qui recouvrent peu à peu mon corps sont si douloureuses...
Mais je dévore leurs cœurs, brisant leur corps de mes épaules, de mes mains ou même de la pointe de mon museau, mes blessures s'apaisent et je continu le carnage sans fin. Je ne sais combien finissent déchiquetés, broyés ou engloutis. 
Après tant de couloirs, de pièces et de portes traversées, je trouve la plus grandes des pièces, qui sent l'alcool et le bois brûlé. Ils ne m'attendaient pas, mais ils sont prêts. 


Leur lames éblouissantes sont plus rapides, plus précises que les précédentes mais le sang et la chair des leurs me donnent plus de forces et je les défais tous les trois. Du cadavre de leur dominant, il ne reste bientôt plus que des morceaux éparses, il ne portait que du tissu, je me délecte de son cœur agonisant, seul organe encore entier. Puis mon œuvre achevée, je me sens disparaître.


Quand je me réveille, ma tête me tourne. J'ai beau être repue, je me sens faible, fragile. Avant que je ne retombe, les bras de Farkas m'entourent. J'entends sa voix mais ne la comprend pas.
Même si l'armure d'acier est dure, la sensation du sang tiède qui la recouvre est réconfortante. Lorsque je sens enfin mon équilibre revenir, je me lève et rouvre les yeux pour contempler le chaos que la bête a semé. Des corps dévastés jonchent le sol par dizaines. Puis, je froid mordant ma peau nue et rougie d'un sang devenu poisseux, je m'approche du cadavre d'une jeune femme décapitée par l'espadon démesuré de Farkas et revêt sa tenue de fourrure que seules quelques gouttes carmins souillent. Puis enfin, je me retourne vers la grande table, épargnée par la désolation ambiante, et y reprends mon bien,..
Revenir en haut Aller en bas
http://shinokoshin.forumactif.org
Mangetsu
Admin
avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 132
Localisation : Tout en haut de sa tour de mage, en train de préparer un sortilège d'oubli global

MessageSujet: Re: Élucubrations d'une nuit sans lune   Sam 10 Déc - 1:00

Haine fatale

Les draps étaient encore tièdes de nos sueurs, et la dague de son sang, lorsque je franchis la porte de la ville au galop. Comme tant d’autres il m’avait séduite, comme tant d’autres, il m’avait possédé et comme tant d’autres, il m’avait rapporté assez pour vivre au moins une bonne semaine sans problèmes. 
Puis je devrais trouver un nouveau client. Si possible jaloux, et moyennement riche, ce sont les meilleurs, car, s’ils en sont arrivés là, mettant une part de leur vie, et de leur fortune dans la balance, c’est qu’ils sont prêts à tout. Les femmes surtout…

Il faudra aussi que je retourne le voir, Lui. Le frisson qui me parcourt me fait presque lâcher ma cape. Pas demain. Je serais en train de chercher mon client.
Je ne parle pas de celui qui m’a payé pour ce soir, mais d’un nouveau. Car ils payent toujours avant, ça évite les ennuis d’impayés, les parlotes, les jérémiades, les embuscades. 
Je les trouve grâce à ce petit objet. Il les sent, ces gens qui seront mes clients. Alors je les suis, je cherche qui les rend fou. Puis je les aborde, je leur demande s’ils connaissent cette personne, je confirme leurs pires craintes, j’attise leur colère.
C’est sur ce seul que se joue la vie d’un homme pour moi : « Combien ? »


D’abord l’incompréhension, puis le hoquet offusqué, puis le refus, puis la confusion… L’ordre peut changer, mais il aboutit inéluctablement à la réponse que j’attends. 
Ils n’ont aucune raison de me faire confiance.


Mais je repars la bourse pleine, et eux le regard vide, se demandant encore comment ils en sont arrivés là, avec pour seul certitude celle qu’ils n’entendront plus jamais parler ni de moi, ni de leur tourmenteur…
Revenir en haut Aller en bas
http://shinokoshin.forumactif.org
 
Élucubrations d'une nuit sans lune
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand l'alcool coule a flot par une nuit sans Lune
» Quel triste paysage pour une nuit sans étoiles ...
» Sans rêve ni cauchemar [ PV : Petra Traümer ]
» Solitude sous la Lune (PV Miriane Lonira) [ ABANDON ]
» .:: Il était une fois... une Nuit?! la Lune?! un Enfant de la Lune?! ::. {Pv Matheo-san}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinokoshin :: Flood, discutions et restes du dîner :: Flood et discution générale-
Sauter vers: